Santé

Mortalité infantile : en nette baisse, mais…

  • Mortalité infantile : en nette baisse, mais…
    Mortalité infantile : en nette baisse, mais…
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

A l’échelle mondiale, la mortalité des enfants et des adolescents recule. Une bonne nouvelle, nuancée par une nette progression des maladies chroniques et autres troubles nutritionnels. Explications.

Selon une étude menée par des chercheurs américains de Seattle  à travers 195 pays, la mortalité des enfants et adolescents de moins de 20 ans a reculé entre 1990 et 2017.

La mortalité chute surtout chez les 1-4 ans

Toutes causes confondues, la mortalité des enfants et des adolescents « a diminué de 51,7% en 27 ans, en passant de 13,77 millions en 1990 à 6,64 millions en 2017. Plus de la moitié des décès surviennent chez les moins de 1 ans ». Précisément, « 46,6% des surviennent dans la première semaine de vie ».

Le déclin de la mortalité le plus important concerne, lui, en majorité les petits de 1 à 4 ans. Dans cette tranche d’âge, cette diminution est liée à la baisse du nombre de décès par diarrhées, infections respiratoires et autre maladies infectieuses courantes.

En revanche, l’incidence des comorbidités ne fait qu’augmenter. A l’échelle de la planète, de plus en plus d’enfants vivent avec un état de santé fragile. Les affections les plus fréquemment diagnostiquées sont surtout des maladies chroniques, de graves carences nutritionnelles entraînant « des anémies, c’est-à-dire un manque de fer, des déficiences en vitamine A ». Autres pathologies fréquemment rapportées : « des troubles néonataux, congénitaux et la survenue de maladies mentales. »

Des objectifs à atteindre

« L’enfance et l’adolescence sont des périodes de vulnérabilité, des fenêtres cruciales pour l’état de santé de l’adulte », relèvent les scientifiques américains. Ainsi, parmi les 17 objectifs du développement durable, certains se concentrent sur la santé de l’enfant. Et prévoient la diminution de la mortalité néonatale pour atteindre un ratio de 12 pour 1 000 naissances vivantes. Et de 25 pour 1 000 naissances vivantes concernant la mortalité de moins de 5 ans.

Destination Santé
Réagir