Cinéma

Cannes: "Rocketman" raconté par Dexter Fletcher

  • CAPTURE: Rocketman (2019).
    CAPTURE: Rocketman (2019). Paramount Pictures / Youtube.com / Paramount Pictures / Youtube.com
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

(AFP) - Comédie musicale plutôt que biopic, des chansons savamment choisies, l'approche psychologique de l'acteur Taron Egerton, tout montrer conformément aux souhaits d'Elton John: le réalisateur Dexter Fletcher raconte à l'AFP son "Rocketman, qui a assuré le show à Cannes.


. Raconter l'émotion

"L'idée de raconter l'histoire façon comédie musicale plutôt que d'en faire un biopic tient d'abord à la personnalité d'Elton John, à la figure mythique qu'il représente. Ensuite, il y a ses chansons. Ce sont des histoires incroyables, dont les paroles en disent souvent long sur lui. Je ne voulais pas que Rocketman soit un biopic. Rocketman c'est un film de souvenirs, c'est Elton qui raconte l'histoire. Au début du film, on le voit s'asseoir à la réunion des alcooliques anonymes et la modératrice lui demande de parler de son enfance. Ce qu'il fait, en se remémorant certains moments. La mémoire est un outil pour raconter une histoire par son versant émotionnel. Je voulais montrer le ressenti d'Elton par exemple quand son père s'étonne de voir que son fils puisse avoir du talent. Je voulais dépasser le simple cadre factuel des choses. C'est bien d'avoir à sa disposition les répliques exactes de ses tenues les plus extravagantes, mais pour le spectateur, ce qui compte ce sont les émotions."Le réalisateur britannique Dexter Fletcher (G) en discussion avec le directeur général délégué du festival de Cannes Thierry Fremaux après la projection de "Rocketman" le 16 mai 2019.

. Chanter vrai

"Je ne sais pas si toutes les chansons qu'on a utilisées dans le film étaient à l'époque sa forme d'expression autobiographique. Ce qui est sûr c'est qu'en lisant les paroles, j'ai été soufflé par leur potentiel biographique. La plupart étaient dans le scénario d'origine, comme +Rocketman+ pour la scène de la piscine. Mais j'en ai sélectionné et rajouté d'autres comme +I want Love+ pour la scène du dîner qui illustrait à quel point l'enfant qu'il fut a manqué d'amour. Pour la scène où on utilise "The Bitch is Back" par exemple, on le voit enfant chanter "I'm a Bitch, I'm a Bitch". Ce qui peut surprendre, mais c'est comme ça qu'Elton se considère également enfant."

. Devenir Elton

"Taron Egerton a passé beaucoup de temps avec Elton John, il a appris à le connaître. Mais c'était pour mieux s'affranchir de l'idée de lui ressembler absolument. Le but était de trouver le bon équilibre. Elton lui a transmis ses souvenirs, il a dû comprendre émotionnellement ces souvenirs. Taron devait traduire l'émotion d'Elton plutôt que lui ressembler absolument. On aurait pu prendre d'autres acteurs qui ressemblaient plus à Elton, mais savaient-ils jouer aussi bien, chanter aussi bien, comprendre aussi bien Elton? Non."

. Tout montrer

"J'ai voulu faire attention avec les scènes où Elton prend de la drogue, je voulais éviter qu'elles apparaissent comme quelque chose de cool, comme on l'imagine dans une vie +sex, drogue & rock'n roll+. Il n'en demeurait pas moins que cela faisait partie de sa vie et il n'était pas question d'éluder cet aspect. Alors j'aurais pu en faire beaucoup, beaucoup plus sur ses excès avec la cocaïne, mais je crois qu'on voit suffisamment de quoi il en retourne pour ne pas en rajouter. Que ce soit ça ou le reste, il n'y a aucun élément de sa vie qui a été caché. Elton n'était pas avec nous sur le tournage, car il était en tournée à travers le monde. Mais de toute façon, Elton nous a totalement fait confiance. Elton a toujours voulu que le film soit le plus honnête possible, donc on a respecté à la lettre cette condition."

Relaxnews
Réagir