Tensions autour des déchets dangereux

  • Le groupe de manifestants a affiché ses revendications au cours de la séance du conseil communautaire.
    Le groupe de manifestants a affiché ses revendications au cours de la séance du conseil communautaire.
  • Le groupe de manifestants a affiché ses revendications au cours de la séance de conseil communautaire.
    Le groupe de manifestants a affiché ses revendications au cours de la séance de conseil communautaire.
  • Lors de son entrée dans la salle du conseil, André Martinez, le président de Decazeville communauté a été pris à partie par l’Adeba. Lors de son entrée dans la salle du conseil, André Martinez, le président de Decazeville communauté a été pris à partie par l’Adeba.
    Lors de son entrée dans la salle du conseil, André Martinez, le président de Decazeville communauté a été pris à partie par l’Adeba.
Publié le , mis à jour

À en croire les observateurs de la vie publique, il fallait s’y attendre, l’avis sur l’enquête publique concernant la réouverture de l’ISDD (Installation de stockage de déchets dangereux) de Montplaisir, à Viviez, a suscité un vent de fronde parmi les opposants de l’Adeba (Association de défense de l’environnement du Bassin et alentours) qui se sont invités au conseil communautaire.

Avis favorable

D’emblée, les élus ont eu droit à une "haie d’honneur" formée par les manifestants munis de panonceaux mentionnant leurs revendications. Puis le groupe a investi la salle du conseil pour, là aussi, brandir les slogans et faire tourner les mains à la manière de la comptine pour bébé "Ainsi font les petites marionnettes". Voilà pour l’ambiance car, sur le fond, les élus ont donné un avis favorable à la réouverture de l’ISDD. Pour sa part, Francis Mazars, jugeant cette démarche "trop prématurée", s’est abstenu. Autre remarque, celle de Francis Cayron qui n’a pas caché sa surprise de constater que les terres polluées accumulées contre la chaussée de Laroque-Bouillac soient oubliées. "Il est regrettable que la dépollution (NDLR : des jardins de Viviez) s’arrête à la limite de Viviez". Sur ce point, Jean-Louis Denoit s’est voulu rassurant, "si l’autorisation est accordée, on pourra traiter les terres polluées de Laroque-Bouillac", avant de livrer son ressenti, "ça fait 10 ans que je bataille ferme pour enlever les traces de pollution des lieux de vie des Viviézois, en tant que maire j’estime prendre toutes mes responsabilités". Autre modification, celle du PLU de Flagnac en vue de rassembler les deux zones de La Planque et de La Sole est adoptée à l’unanimité.

Les autres dossiers

Au fil des délibérations prises par le bureau communautaire, on notera les 20 000 € attribués à la commune de Decazeville pour la rénovation de la piscine ; la présentation du plan de financement de la rénovation de la maison emploi-formation d’un montant de 450 000 €, dont un tiers à charge de Decazeville communauté ; enfin, les noms de Fabrice Carrier et Jean-Marc Calvet ont été évoqués pour l’achat d’un terrain en vue d’y établir un commerce alimentaire au rond-point de Fontvergnes.

Correspondant
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

44000 €

VENDS TERRAIN A DECAZEVILLE D'UNE SUPERFICIE D ENVIRON 2300M2 VUE DÉGAGÉE A[...]

137500 €

Grande maison de ville ( environ 180 m2 habitable) avec terrasse et jardin [...]

29800 €

Decazeville dans un immeuble en pierre, appartement T3 à rénover totalement[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?