Santé

Immunothérapie : un traitement anticancéreux efficace contre une infection du cerveau

  • Immunothérapie : un traitement anticancéreux efficace contre une infection du cerveau
    Immunothérapie : un traitement anticancéreux efficace contre une infection du cerveau
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Habituellement prescrit contre le cancer, le nivolumab serait aussi efficace dans la prise en charge d’une infection chronique rare du cerveau. Une découverte effectuée par des chercheurs du CHU de Toulouse.

Molécule indiquée dans la prise en charge de certains cancers, le nivolumab – un traitement par immunothérapie – serait aussi bénéfique contre une grave infection chronique du cerveau. Son nom ? La leuco-encéphalopathie multifocale progressive (LEMP). Une efficacité démontrée par des chercheurs du CHU de Toulouse*.

Le nivolumab bloque la multiplication du virus

L’approche thérapeutique basée sur l’immunothérapie consiste, dans le cas du cancer, à « bloquer par un anticorps le mécanisme qui permet aux cellules cancéreuses de désarmer les cellules de l’immunité. Ainsi ces dernières sont de nouveau efficaces dans leur combat contre la tumeur », expliquent les Prs Guillaume Martin-Blondel et Pierre Delobel, du service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Toulouse.

Or il se trouve que le virus JC, responsable de la LEMP, « utilise le même mécanisme pour échapper aux défenses immunitaires ». Le nivolumab a donc été administré par intra-veineuse à une patiente atteinte d’une LEMP en juin 2018, pour qui « il n’y avait aucune autre solution de traitement ».

Résultat, « le nivolumab a permis, en rendant les cellules du système immunitaire efficaces, de bloquer la multiplication du virus, de contrôler l’évolution de la maladie, et finalement d’obtenir une amélioration clinique significative ».

Une bonne nouvelle alors qu’aujourd’hui il n’existe aucun traitement contre la LEMP.

A noter : la LEMP survient en cas d’affaiblissement du système immunitaire. C’est par exemple le cas lorsqu’un patient est séropositif, sous chimiothérapie, ou s’il suit un traitement immunosuppresseur.

*associés à des chercheurs de l’Inserm et de l’université Toulouse III–Paul Sabatier du Centre de physiopathologie Toulouse Purpan (Equipe du Professeur Roland Liblau)

Destination Santé
Réagir