Aides

Une Europe de proximité au bénéfice des Aveyronnais

Abonnés
  • Une équipe à la Région pour accompagner les projets aveyronnais avec les fonds européens. Aux côtés de Monique Bultel-Herment (à gauche), conseillère régionale, Thierry Rebuffat (debout), responsable pour l’Aveyron de l’aménagement du territoire au cabinet du conseil régional, Guillaume Giai, chargé de mission à la direction Europe de la Région et Nadia Bernié, en charge des groupes d’action locale pour l’Aveyron.
    Une équipe à la Région pour accompagner les projets aveyronnais avec les fonds européens. Aux côtés de Monique Bultel-Herment (à gauche), conseillère régionale, Thierry Rebuffat (debout), responsable pour l’Aveyron de l’aménagement du territoire au cabinet du conseil régional, Guillaume Giai, chargé de mission à la direction Europe de la Région et Nadia Bernié, en charge des groupes d’action locale pour l’Aveyron. C.C. -
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

La communauté européenne est depuis toujours au chevet des projets aveyronnais, à travers deux grands types de fonds : le Feader et le Feder-FSE. Explications.

Que cette Europe pour laquelle les citoyens sont appelés à se déterminer dimanche, semble loin des préoccupations électorales des citoyens ! Pour autant, elle n’a jamais été aussi proche de notre quotidien qu’elle s’ingénie à améliorer sans cesse. En d’autres termes, l’argent communautaire redistribué est un levier essentiel pour la dynamique de l’emploi, de l’économie, de l’aménagement du territoire, des politiques globales qui font fonctionner le pays.

La Région en arbitre

Plus de 45 millions d’euros ont ainsi été déjà attribués à l’Aveyron dans le plan 2014-2020, à travers des dispositifs dûment fléchés. Et désormais gérés par les grandes régions qui étudient les dossiers pour déterminer les attributions.

"Jusqu’en 2014, cette gestion des fonds d’aides européens était aux mains de l’État. Il était plus pertinent de donner aux Régions les moyens d’aménager leur territoire, au plus près des réalités", plaide la Ruthénoise Monique Bultel-Herment, conseillère régionale. Et qui, à ce titre, participe à éveiller au sein de la Région toute l’attention que nécessite notre département.

Difficile de dire, au terme du programme de six ans en cours, ce que l’Aveyron aura perçu de l’Europe. Seuls, les fonds déjà attribués ont une réalité comptable, les projets non encore réalisés ou en phase d’instruction auront leur dû en temps voulu, quitte à glisser sur le futur programme de six ans dont le prochain parlement européen devra fixer les grands axes.

Car rien ne se perd mais tout doit se consommer, "toujours au bénéfice du développement local". Et sur ce point, l’Aveyron fait figure de bon élève, "avec une vraie dynamique économique très perceptible sur ce territoire qui est en capacité de sortir des projets innovants. Et qui a cultivé la diversité depuis longtemps", poursuit Monique Bultel-Herment. C’est ainsi que notre département reçoit, dans tous ses compartiments d’activité, une manne européenne que l’on peut qualifier de non négligeable.

Feader : 800 projets aveyronnais

À commencer par l’agriculture (lire notre édition de lundi) pour laquelle l’Union contribue largement aux 240 M € d’aides diverses (premier pilier de la PAC notamment). Et à travers notamment le Feader (Fonds européen agricole pour le développement rural), deuxième pilier de la politique agricole commune, qui soutient avec ses programmes Leader, le développement de trois territoires couvrant l’essentiel du département : les deux parcs naturels régionaux des Grands Causses et de l’Aubrac et le Pôle d’équilibre territorial et rural (PETR) Centre Ouest.

Au-delà de la seule agriculture, les fonds accordés visent à aider l’économie, les entreprises, le développement local sous toutes ses formes : 800 projets sont programmés en Aveyron et le Feader a libéré déjà pour eux 22,8M €.

Comment sont ventilés ces fonds ? Dans chacune de ces entités territoriales, un "groupe d’action locale" (Gal) composé à majorité d’acteurs locaux privés, aux côtés des élus, définit les stratégies, prend les décisions par délégation de la Région. "On introduit ainsi la notion de coconstruction avec les citoyens pour contribuer à faire du sur-mesure sur chaque territoire, en matière de patrimoine, d’agrotourisme, d’environnement, etc.", relève Monique Bultel-Herment. Ces Gal sont validés par la Région tous les six ans, en concordance avec le programme européen. Et l’Aveyron bénéficie d’une particularité en la matière : une interlocutrice dédiée par la Région à ces groupes d’action locale, Nadia Bernié. D’autres départements pourraient s’en inspirer.

L’importance du contact humain

Privilégier le contact humain et la proximité est d’ailleurs une priorité pour la Région Occitanie qui s’appuie, dans chaque département sur ses "Maisons". Elles sont deux en Aveyron : Rodez (rue Béteille) et Millau (ouverte fin 2019) mettant à disposition des techniciens au chevet des bénéficiaires (où ceux qui veulent le devenir) des aides européennes. Nombreux sont ceux en effet qui ignorent que l’Europe, via la Région, peut venir en aide à leur projet. C’est pourtant bon à savoir à l’heure d’aller voter.

98 projets en Aveyron et 22,35M€ au titre du feder-FSE

L’autre grand volet de l’intervention communautaire est le Fonds européen de développement régional associé au Fonds social européen (Feder-FSE). Sur le programme 2014-2020, 98 projets aveyronnais, portés par des entreprises, des associations ou des collectivités, sont inscrits dans ce chapitre pour 22,35 M€.  
Le Feder, dont la vocation est la cohésion économique et sociale, s’articule autour de trois thématiques principales : investir dans la recherche, le développement technologique et l’innovation et améliorer la compétitivité des PME ; favoriser le développement des technologies de l’information et de la communication ; soutenir la transition vers une économie à faibles émissions de carbone. « Ce dernier volet va prendre de plus en plus de place à l’avenir, il va falloir être innovant pour être soutenu… », prévient Guillaume Giai, chargé de mission à la direction Europe de la Région.
Notons également que le Feder finance en outre les actions soutenant l’adaptation au changement climatique, la prévention des risques, les transports, la formation, l’emploi ou encore l’inclusion sociale.
Le FSE, Fonds social européen, a quant à lui vocation à offrir des perspectives professionnelles plus équitables à tous les citoyens. Il se décline, là encore, en trois grandes thématiques : améliorer les possibilités d’emploi ; renforcer l’inclusion sociale et lutter contre la pauvreté ; promouvoir l’éducation, l’acquisition de compétences et l’apprentissage tout au long de sa vie.

En chiffres

45,15 M€ ont été attribués par les deux grands fonds européens à l’Aveyron à la moitié du programme 2014-2020. Soit 22,35 M€ au titre du Feder-FSE et 22,8 M€ au titre du Feader.
98 projets aveyronnais sont programmés actuellement au titre du Feder-FSE.
800 projets sont programmés en Aveyron au titre du Feader.
8 242 entreprises aidées sur l’ensemble de l’Occitanie.
2 851 logements sociaux dans toute la région ont été réhabilités « énergétiquement »
71 264 stagiaires ont été formés.

Christophe Cathala
Réagir