Politique

Elections européennes : les réactions en Aveyron

  • Elections européennes : les réactions en Aveyron
    Elections européennes : les réactions en Aveyron JAT / JAT
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Thomas Mogharei, LREM

Même si le résultat au niveau national est à déplorer, je suis fier de voir que l’Aveyron participe à construire l’Europe avec nous. Notre liste arrive en tête un peu partout dans le département et c’est une grande joie. Et, surtout, je suis fier de voir que les voix européennes arrivent largement en tête de ce scrutin face à ceux qui souhaitent un repli nationaliste. Le scrutin prouve également que notre travail sur l’agriculture et l’industrie, des questions très prégnantes ici, a fonctionné. Nous porterons la voix de tous ces gens dans le projet européen que l’on souhaite mettre en place et qui dépasse nos différences. Notre liste avec le MoDem, les Radicaux et autres a prouvé cette ouverture. Pour finir, je réitère mon sentiment de fierté quant au vote aveyronnais.Nous avons choisi une Europe de l’ouverture.

Bruno Leleu (RN)

Le score de Jordan Bardella à Decazeville est historique. Nous sommes en tête, tout comme à Boisse-Penchot, Auzits, Firmi, Cransac, et Bouillac. Je félicite les adhérents et militants pour leur formidable travail sur le terrain depuis des mois. Il y a deux ans, on disait que le RN était mort. Le travail paie. Nous sommes la première opposition à Macron. Cela ouvre des perspectives pour l’avenir. D’autant que le RN a réalisé de superbes scores dans des bastions de la droite comme, par exemple, à Espalion où nous arrivons deuxième loin devant la droite. J’appelle aujourd’hui tous les patriotes déçus des Républicains qui se retrouvent dans les idées du Rassemblement national à nous rejoindre, car de futures échéances électorales nous attendent, notamment pour les municipales où nous allons présenter des listes RN à Decazeville et Boisse-Penchot. 

Guy Pezet (EELV)

En votant pour les écologistes, les gens ont fait le bon choix. Ils savent que les élus travaillent. On l’a montré sur cette campagne. La liste du poulain de Macron est devenue verte au dernier moment pour être dans l’air du temps. Mais les gens ne sont pas dupes. Sinon, cela me fait vraiment plaisir de voir cette recomposition à gauche autour de l’écologie sociale. 
La politique de Macron fait monter les votes extrêmes et notamment ceux du Rassemblement National. Le message écolo a été entendu. Les gens commencent à prendre conscience que beaucoup de choses sont à changer et que les écologistes ont des solutions à proposer. Nos élus vont faire du bon travail. D’autant plus que dans de nombreux pays d’Europe les écologistes ont été plébiscités, ce qui va nous permettre de constituer des groupes forts.

Arnaud Viala (LR)

C’est une soirée très difficile pour la droite. Mais j’ai envie de dire que c’est sans surprise, je le sentais arriver, que ce soit au niveau national comme au niveau local. Notre résultat prouve qu’on a dû mal à faire passer notre message et que tout avait été scénarisé, depuis la dernière élection présidentielle, pour assister à un duel LREM-RN. L’Aveyron n’y a pas échappé.
Ma famille politique a un réel problème d’incarnation et de fil conducteur. Il faut réaliser des changements vite, très vite. Et surtout proposer des choses aux Français. Ce soir (hier), on peut seulement se satisfaire de la participation élevée des Aveyronnais à ce scrutin. »

Guilhem Serieys (FI)

Cela fait 10 mois que l’on travaille à populariser un programme européen et pourtant, ceux qui ont présenté leur programme il y a 15 jours sont arrivés en tête. La République en marche a fait une OPA sur les partis de droite traditionnelle, d’où un score élevé à Rodez. Les deux forces en tête font 11 %, c’est faible et cela démontre une crise démocratique persistante. Nous sommes très inquiets car l’extrême droite et l’extrême finance n’arriveront pas à résoudre les problèmes qui sont posés, notamment sur le partage des richesses et le réchauffement climatique. Je dis à ceux qui sont fâchés, pas fachos, vous faites erreur. La lutte continue !

Bertrand Cavalerie (PS)

Le résultat de ces élections montre que le pays n’est pas en bonne forme. Et le responsable de tout ça, c’est Emmanuel Macron. Cette élection marque un profond désaveu de sa politique. Une politique construite sur le mépris des classes populaires, l’accroissement des inégalités entre les Français mais aussi entre les territoires. Il ne faut pas chercher plus loin ce vote de l’extrême qui s’enracine à chaque scrutin un peu plus dans notre pays. Et le président Macron a réduit cette campagne à un affrontement entre lui et Marine Le Pen. La gauche est en reconstruction et ce qui nous a fait mal, aujourd’hui, c’est la multiplication des candidats. C’est pourquoi j’en appelle dès aujourd’hui pour les échéances à venir, à une union de la gauche. On a appelé à le faire, on a tendu la main, mais personne à gauche ne l’a prise. Voyez aujourd’hui le résultat. Pourtant, lorsque l’on cumule toutes les voix de gauche, on se retrouve souvent devant.

Centre Presse Aveyron
Réagir