Culture et Loisirs

La magie de la fête de l’eau a opéré

Abonnés
  • Céline et Fred entraînent le public dans un univers décalé.
    Céline et Fred entraînent le public dans un univers décalé.
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Dans le cadre de la journée de l’eau, le parc naturel régional de l’Aubrac (PNR), en partenariat avec la communauté de communes Aubrac, Carladez et Viadène, la commune de Brommat et l’association "Au fil de l’eau" a organisé dimanche 19 mai la fête de l’eau sur le sentier de l’imaginaire de Brommat.

Cet évènement est l’occasion pour le PNR de sensibiliser sur l’importance de l’eau : "C’est un gros enjeu que nous avons intégré en 2013 au sein d’une cellule, puis dans la charte. Le changement climatique avec moins d’eau et plus de pollution fait aussi que l’enjeu est important. L’Aubrac a de gros atouts qu’il faut préserver" déclare Cloé Garrel, chargée de mission au sein du PNR.

L’après-midi a débuté par une balade accompagnée par Nadine Vignolo, animatrice culturelle et Cloé Garrel sur le sentier de l’imaginaire pour se terminer au moulin de Burée où Jean-Pierre Pagès, président de l’association "Au fil de l’eau" a fait une visite commentée du moulin du XVIIIe siècle, important témoin de l’histoire économique et sociale du canton de Mur-de-Barrez dont il fut le dernier à fonctionner.

Après la visite, un spectacle avait lieu à la salle des fêtes intitulé "A l’eau" de la compagnie "Croisillon et Cie". " C’est un spectacle que l’on a joué dans les crèches de la communauté de communes Aubrac, Carladez et Viadène" explique Céline qui joue avec son compagnon Fred : Deux personnages naïfs et joueurs vous entraînent dans leur univers décalé où les chansons rétro rencontrent les tasses émaillées, les robinets d’antan, les brossages de dents dans une cuvette et les téléphones à cadran. L’eau est au centre de leur préoccupation, avec elle, ils actionnent des parcours ludiques, l’économisent, font de la musique et des bulles, la filtrent et la dynamisent.

Lola et Georges, marionnettes fantasques viennent ajouter leur grain de sel à cette eau tellement la la la.

Pour couronner le tout, la présence d’un écran évoque le thème du numérique qui malgré sa petite taille prend beaucoup trop de place dans le quotidien de nos pitchouns qui gagnent bien mieux à toucher, bidouiller, essayer.

CORRESPONDANT
Réagir