Agriculture

Apaba : de l’avantage de consommer des produits bio et locaux en Aveyron

  • Pour les acteurs de l’Apaba, les consommateurs doivent être acteurs de l’agriculture.
    Pour les acteurs de l’Apaba, les consommateurs doivent être acteurs de l’agriculture. Repro CPA / Repro CPA
Publié le / Modifié le S'abonner

Avec une vingtaine d’événements (repas à la ferme, marché, dégustation en magasin) à travers le département, l’Apaba souhaite promouvoir les produits issus de l’agriculture biologique et des circuits courts.

Dès samedi, l’Apaba (association pour la promotion de l’agriculture biologique en Aveyron) lance la campagne "Manger bio et local, c’est l’idéal". Avec une vingtaine d’événements à travers le département, qui s’étaleront jusqu’au mois d’octobre, se propose de faire découvrir les producteurs de l’Aveyron. Avec une préférence pour les circuits courts.

"En termes d’alimentation, le bio c’est le summum de la qualité, se félicite Olivier Courtade, membre de l’Apaba. Et puis, nous sommes fiers de voir que la plupart des chefs cuisiniers aveyronnais utilisent des produits bios du département dans leur cuisine. C’est un gage de qualité." Mais aussi et surtout, les aliments issus de l’agriculture biologique sont "bons pour la santé, sans pesticides, engrais chimiques de synthèse ni OGM".

Les circuits courts qui proposent des produits bios se développent et sont accessibles au plus grand nombre : vente à la ferme, marchés, magasins de producteurs, Amap (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne), systèmes de paniers, vente en ligne, restauration collective, etc.

Accessible au plus grand nombre mais également à toutes les bourses. Olivier Courtade balaie ainsi la question du prix des produits souvent plus onéreux.

"Il suffit de changer ses habitudes"

L’Apaba a déjà accompagné des familles d’Onet-le-Château avec pour objectif d’augmenter de 20 % leur consommation de produits bios et locaux, sans hausse de dépenses. "Et ça a marché !, se félicite Olivier Courtade. Nous avons guidé ces familles, des nutritionnistes se sont penchés sur la préparation des repas, etc. Mais rajouter du bio dans son assiette, c’est possible sans grever son portefeuille." "Il suffit de changer ses habitudes, mais c’est sans doute le plus difficile", concède-t-il. Pour les responsables de l’Apaba, "les consommateurs doivent être des acteurs à part entière de l’agriculture. Et ils peuvent le faire en choisissant d’acheter des produits locaux et issus de l’agriculture biologique", poursuit Olivier Courtade.

Et puis, "consommer local revient aussi à préserver l’emploi dans notre département. De plus, les exploitations qui cultivent des produits bios ont, en général, besoin de plus de monde que les exploitations conventionnelles", poursuit-il.

Tout le programme de l’opération "Manger bio et local, c’est l’idéal" est à retrouver sur le site www.aveyron-bio.fr, rubrique l’Apaba en action.
Philippe Henry
Réagir