Santé

Santé: "nette réduction" des délais de rendez-vous chez les ophtalmos (étude)

  • Le délai moyen pour obtenir une consultation avec un ophtalmologiste est de 55 jours, selon une enquête CSA pour le principal syndicat de la profession (Snof).
    Le délai moyen pour obtenir une consultation avec un ophtalmologiste est de 55 jours, selon une enquête CSA pour le principal syndicat de la profession (Snof). Wavebreakmedia / Istock.com / Wavebreakmedia / Istock.com
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

(AFP) - Le délai moyen pour obtenir une consultation avec un ophtalmologiste est de 55 jours, selon une enquête CSA pour le principal syndicat de la profession (Snof), qui y voit une "nette réduction" par rapport aux 80 jours constatés en 2016-2017 dans une autre étude.

Pour cette enquête rendue publique vendredi, l'institut de sondage a passé des "appels mystères" à 2.000 ophtalmologistes, soit près de la moitié des praticiens français, entre le 23 avril et le 13 mai.

La même démarche a été réalisée pour 1.890 professionnels référencés sur deux sites de rendez-vous en ligne.

Résultat: un nouveau patient doit attendre en moyenne 55 jours pour une consultation, tous motifs confondus.

Hors cas urgents, pour un simple "contrôle périodique de la vue", ce délai monte à 68 jours par téléphone, ou 61 jours via internet.

Des durées élevées, mais clairement inférieures aux 80 jours pointés en octobre 2018 par la Drees, qui plaçait les ophtalmos bons derniers parmi les spécialités médicales.

Le service statistique des ministères sociaux s'appuyait sur des milliers de rendez-vous demandés entre mi-2016 et mi-2017, dont plus de 2.000 pour les ophtalmos.

"Les délais se sont nettement réduits, avec une accélération ces dernières années", s'est félicité dans un communiqué le président du Snof, Thierry Bour.

Le syndicat, qui s'est fixé pour objectif "zéro délai en 2022", compte notamment sur la "montée en puissance de la prise de rendez-vous en ligne" et a demandé au gouvernement d'augmenter le contingent d'internes en ophtalmologie de "50 postes supplémentaires par an".

Relaxnews
Réagir