Santé

Suicide : des scientifiques étudient le génome des patients ayant tenté de mettre fin à leurs jours

  • L'étude a montré que les personnes sujettes aux tentatives de suicide ont une plus grande prédisposition génétique pour la dépression, quel que soit le trouble mental dont elles sont atteintes.
    L'étude a montré que les personnes sujettes aux tentatives de suicide ont une plus grande prédisposition génétique pour la dépression, quel que soit le trouble mental dont elles sont atteintes. Voyagerix / Istock / Voyagerix / Istock
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

(Relaxnews) - Existe-t-il une cause biologique au suicide ? C'est la question posée par des chercheurs qui ont étudié le génome d'une vaste cohorte d'humains afin de déterminer si les gènes associés à la dépression, la bipolarité et la schizophrénie pouvaient augmenter le risque de tentative de suicide chez un individu. 

Publiés cette semaine dans The American Journal of Psychiatry, les travaux menés ont été réalisés par des chercheurs de l'Icahn School of Medicine à Mount Sinai (New York, Etats-Unis). Les chercheurs ont comparé les génomes de 6 569 personnes ayant fait une tentative de suicide à celui de 17 232 personnes n'ayant pas tenté de se suicider.

Tous étaient atteints de troubles mentaux tels que la dépression majeure, la bipolarité ou la schizophrénie. Les échantillons ont été prélevés à partir de 46 cohortes individuelles issues d'Europe, des États-Unis et d'Australie.

"On sait que les tentatives de suicide reposent en partie sur la génétique et que les études du génome peuvent fournir des renseignements inestimables sur la biologie sous-jacente", explique Niamh Mullins, chercheuse en génomique psychiatrique et autrice principale de l'étude.

Des gènes communs entre dépression majeure et tentative de suicide

L'étude a montré que les personnes sujettes aux tentatives de suicide ont une plus grande prédisposition génétique pour la dépression, quel que soit le trouble mental dont elles sont atteintes. "Ces résultats indiquent l'existence d'une étiologie génétique commune entre les tentatives de suicide (TS) et la dépression majeure", explique la Pre Mullins.

"D'autres efforts de collaboration pour amasser des échantillons à une échelle encore plus grande seront essentiels pour identifier des variantes génétiques spécifiques qui jouent un rôle dans l'augmentation du risque de tentative de suicide", ajoute-t-elle. 

A terme, l'objectif de ces recherches est de mettre au point de nouveaux traitements et de nouvelles méthodes de prévention, afin d'alléger le fardeau que le suicide ou les tentatives de suicide représentent pour les patients, les proches et les professionnels de santé.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir