Football

Lucas Llort, un footballeur aveyronnais vert de bonheur

Abonnés
  • Après le centre de formation de Montpellier, Lucas Llort a signé pour trois ans avec le club stéphanois.
    Après le centre de formation de Montpellier, Lucas Llort a signé pour trois ans avec le club stéphanois. ASSE / Repro CPA / ASSE / Repro CPA
Publié le / Modifié le S'abonner

Le jeune footballeur, originaire de Sainte-Radegonde, a signé son premier contrat professionnel avec Saint-étienne. Déterminé, le latéral gauche souhaite réussir chez les verts.

Un nouvel Aveyronnais rejoint la liste des footballeurs professionnels issus du département. Lucas Llort a donc rejoint les verts de Saint-Etienne avec lesquels il a signé pour trois ans. Cette belle marque de confiance intervient, seulement, quelques jours avant de fêter ses 20 ans. Il ne pouvait pas espérer plus beau cadeau d’anniversaire. Lui le jeune homme, originaire de Sainte-Radegonde, était "très heureux, fier et honoré de l’intérêt que lui a porté Saint-Etienne". Mais Lucas sait tout le travail qu’il a dû accomplir avant de saisir cette formidable opportunité. Il n’oublie pas tout le chemin parcouru depuis son plus jeune âge : "Je garde de bon souvenir de mes premiers clubs aveyronnais. Plus particulièrement à Onet-le-Château où j’ai fait la majeure partie de ma préformation mais également à Rodez où j’ai passé deux bonnes saisons" dit-il. "J’ai rencontré de bonnes personnes et de très bons éducateurs". Cette marque d’affection n’est pas anodine pour un joueur qui n’oublie pas ses racines et qui a dû quitter très rapidement sa terre natale pour s’exprimer dans un premier temps à Castelmaurou puis au centre de formation du MHSC.

Marqué par l’état d’esprit des personnes qu’il a rencontrées

Ses parents lui ont permis de garder les pieds sur terre et l’ont toujours soutenu même quand Lucas a connu des problèmes physiques, quelques mois seulement après son triomphe en finale de la Coupe Gambardella aux tirs au but face à Marseille (dont il inscrira le troisième penalty des jeunes Pailladins). Des "pépins physiques au TFL (à côté d’un genou) pendant un mois puis à la cheville" ont freiné, l’année suivante, son développement, alors que son coéquipier de toujours, Amir Adouyev, se voyait proposer un contrat professionnel avec Montpellier. Travailleur acharné, Lucas n’obtient pas ce qu’il était venu chercher et aurait pu baisser les bras. Mais ce n’est pas sa mentalité de compétiteur et il ne pouvait concevoir l’échec. Pas conservé par Montpellier à l’issue de la saison, il n’en garde pourtant pas un goût amer, loin de-là : "c’était une belle aventure et j’en garde de très bons moments. En termes de trophée, on pouvait difficilement faire mieux. J’ai rencontré des coéquipiers et des entraîneurs merveilleux et je suis triste de les quitter. Ce club m’a permis de devenir le joueur et l’homme que je suis actuellement". En effet, il devient à cette occasion latéral gauche lui qui, chez les jeunes, évoluait davantage au milieu de terrain voir en attaque.

Une nouvelle étape

Le jeune homme saisit donc l’opportunité ASSE, après y avoir passé des tests concluants alors que d’autres clubs comme Nice frappait à la porte : "Cela s’est fait naturellement" déclare-t-il. "Le projet me convenait et c’est une équipe qui fait de plus en plus confiance aux jeunes." La récente victoire en Gambardella des jeunes Stéphanois, au détriment du TFC de Kilian Corrédor qu’il a côtoyé à Onet, et l’émergence de William Saliba ne font que confirmer cette tendance. Désormais, il sait ce qu’il lui reste à faire : "La reprise est fixée au 1er juillet. J’espère à cette occasion bien m’intégrer, découvrir mes nouveaux partenaires et les nouveaux entraîneurs. Pour l’instant, ce sera avec l’équipe réserve (dirigé par l’ancien milieu de terrain, Laurent Battles) et peut-être plus haut à l’avenir". De là à devenir un géant vert ?

Aucun contact avec le Rodez Aveyron football

Alors que l’équipe du Rodez Aveyron football a connu la montée au niveau professionnel cette saison, on aurait pu imaginer que les jeunes joueurs aveyronnais seraient venus s’aguerrir dans le club phare du département, afin d’y obtenir du temps de jeu. Finalement, concernant Lucas, il n’en fut rien : "On a envisagé cette possibilité mais il n’y a jamais eu d’approche concrète avec le club", révèle le joueur. Des propos qui confirment que Laurent Peyrelade ne semble pas intéressé par cette perspective.

Maxime Lacaze
Voir les commentaires
L'immobilier à Sainte-Radegonde

160000 €

Dans un secteur calme et champêtre venez découvrir cette contemporaine de p[...]

399950 €

93069MK33 - BAISSE DE PRIX 399950? ! Vraiment une belle maison! Par les pr[...]

Toutes les annonces immobilières de Sainte-Radegonde
Réagir