Culture et Loisirs

Rodez : ces autres Aveyronnais à l’affiche du Siècle Soulages

Abonnés
  • Lionel Suarez accompagnera Clotilde Courau pour des lectures musicales de l’œuvre de Bobin « La nuit du cœur ». Un moment d’une rare poésie. Repro CP
    Lionel Suarez accompagnera Clotilde Courau pour des lectures musicales de l’œuvre de Bobin « La nuit du cœur ». Un moment d’une rare poésie. Repro CP Repro CPA / Repro CPA
  • Du musée Denys-Puech avec Antonin Pons-Braley au musée Soulages avec Michel Bras, le « Siècle » invite au voyage.
    Du musée Denys-Puech avec Antonin Pons-Braley au musée Soulages avec Michel Bras, le « Siècle » invite au voyage. CPA / CPA
  • Du musée Denys-Puech avec Antonin Pons-Braley au musée Soulages avec Michel Bras, le « Siècle » invite au voyage.
    Du musée Denys-Puech avec Antonin Pons-Braley au musée Soulages avec Michel Bras, le « Siècle » invite au voyage. Repro CPA / Repro CPA
Publié le / Modifié le S'abonner

Si elle n’est pas encore entièrement dévoilée, la programmation du "Siècle" fait déjà la part belle aux artistes aveyronnais. Voyage sensible dans la galaxie "Soulages".

La ville de Rodez célèbre les 100 ans de Pierre Soulages en proposant une série d’événements en relation avec le siècle et l’œuvre de l’artiste. L’année 2019 est ainsi ponctuée de plusieurs événements autour de 7 thématiques : "Monumental", parcours d’art contemporain dans la ville ; "Éblouissant", lumières dans la ville ; "Surprenant" sur les métiers d’art et le patrimoine ; "Musical" avec des concerts et lectures musicales ; "Remarquable", une série d’expositions des musées de Rodez ; "Spectaculaire", tourné autour de l’art urbain ; et enfin "Gourmand", vitrine de l’expression culinaire locale.

GOURMAND

Dans ce cadre, sachant Pierre Soulages très attaché aux traditions culinaires de son département, sept grands chefs ont souhaité participer à leur manière à la promotion de leur art. Autour de la table : Michel et Sébastien Bras (Le Suquet à Laguiole), Nicole Fagegaltier (L’auberge du Vieux Pont à Belcastel), Michel Truchon (Le Sénéchal à Sauveterre de Rouergue), Guillaume Viala (Le Belvédère à Bozouls), Hervé Busset (Le Moulin de Cambelong à Conques) et Jean-Luc Fau (ex Goûts et Couleurs à Rodez), se sont donc rencontrés pour élaborer une création à partir d’ingrédients et de recettes traditionnelles, aux côtés des restaurateurs ruthénois. La réalisation se devait d’être sucrée et cuisinée à partir de trois éléments : fouace, fromage, gentiane. Une trentaine de chefs cuisiniers se sont engagés à réaliser une recette avec ce cahier des charges restreint.

Depuis le Suquet, Sébastien Bras réalisé un dessert, dont la forme n’est pas sans rappeler une vue aérienne du musée Soulages, facilement reconnaissable à ses formes cubiques et à sa couleur "acier corten". Des desserts d’ores et déjà proposés sur les meilleures cartes. On notera enfin que le 16.45, bar à cocktails ruthénois, a lui aussi apporté sa touche à l’événement avec "The Solace", le cocktail préféré de Pierre Soulages réalisé à partir de gentiane, de liqueur de cerises noires, martini rouge et d’un trait de liqueur de chocolat noir.

ÉBLOUISSANT

Si le musée éponyme – récompensé du prestigieux prix Pritzker en 2017 – sera bien évidemment le centre névralgique de ce centenaire, un autre équipement ruthénois sera à l’honneur. Du 29 juin au 15 septembre 2019, le musée Denys-Puech sera investi par deux artistes-chercheurs : Lucile Viaud et le Ruthénois Antonin Pons Braley. Le duo qui vient de développer le Verre de Rouergue, fabriqué à partir de produits essentiellement aveyronnais – sable des berges du Lot, cendres de genévriers du Causse, coquilles confiées par les héliciculteurs du terroir – va remplacer, le temps de l’exposition "Premières Lumières", les vitres de l’imposant puits de lumière de la Grande Galerie de l’écrin architectural conçu au début du XXe siècle pour présenter les œuvres données par l’artiste Denys Puech à la ville de Rodez. Une prouesse architecturale, un hommage, qui fait écho aux vitraux de l’Abbatiale Sainte-Foy à Conques imaginés par Pierre Soulages puis installés en 1994. Temps fort de la programmation officielle du "Siècle", l’installation convie le visiteur au dialogue avec le lieu, icône historique du panorama muséal ruthénois. Doctorant en études et pratiques des Arts, lauréat du jury artisanat d’Art de la Fondation des Banques Populaires, Antonin Pons-Braley expose plusieurs de ses pièces au musée des Arts Décoratifs de Paris ou au musée national de Tokyo. "C’est avec un profond respect pour l’œuvre de Pierre Soulages que nous avons imaginé notre travail, souligne le Ruthénois. Nous sommes admiratifs de son travail mais également de l’histoire qu’il a contribué à écrire en Aveyron et bien au-delà."

MUSICAL

Né à Rodez mais originaire de Bertholène, avec des racines espagnoles, Lionel Suarez a fait ses classes au lycée Monteil, avant un changement de cap qui l’a conduit à Lapérouse à Albi. Si on ne présente plus l’accordéoniste-compositeur-arrangeur de talent dont les nombreuses collaborations, prestigieuses, n’ont pas entamé la gentillesse et l’humilité, son travail autour du peintre offrira un regard assez décalé sur son œuvre.

À Rodez, le 27 septembre, Lionel Suarez sera entouré de Clotilde Courau et du comédien Michel Vuillermoz pour des lectures musicales autour de l’œuvre du peintre aveyronnais. Avec la première, il sera question de l’œuvre de Christian Bobin. Dans "La nuit du cœur", le poète est habité par l’abbatiale de Conques, ses vitraux, ses pavés, ses pierres, ses odeurs… De la fenêtre de la chambre 14 de l’hôtel Sainte Foy où il a séjourné, il porte un regard amoureux sur ce chef-d’œuvre de l’art roman, étape majeure sur le chemin de Compostelle, magnifié par la lumière des vitraux de Pierre Soulages. Michel Vuillermoz se frottera ensuite – le 3 octobre 2019 – aux "Écrits et Propos" de Pierre Soulages. Un recueil où le peintre décrit son rapport à l’art, à la matière et à "cette lumière sécrète venue du noir" : "Une peinture est un tout organisé, un ensemble de formes (lignes, surfaces colorées…) sur lequel viennent se faire ou se défaire les sens qu’on lui prête. Le contenu de cet ensemble n’est pas un équivalent d’émotion, de sensation, il vit de lui-même. Ces relations entre les formes sont un transfert de relations de l’univers à une autre signification. Dans ce qu’elle a d’essentiel la peinture est une humanisation du monde."

Aurélien Delbouis
L'immobilier à Rodez

102000 €

A vendre, Rodez très proche centre ville, quartier calme Type 3 avec logg[...]

123500 €

Appartement de type 3 situé dans un quartier en plein essor : Le quartier d[...]

304 €

A deux pas du centre ville de RODEZ, venez découvrir ce charmant T1 bis dup[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir