Sécurité

Vidéoprotection : les quartiers de Rodez dans l’œil des caméras

Abonnés
  • Christian Teyssèdre et Éric Fournié, en visite au centre de supervision, implanté dans les locaux de la mairie. Les policiers ne sont pas en permanence derrière les caméras, mais seulement en cas de besoin précis, pour une enquête, notamment.
    Christian Teyssèdre et Éric Fournié, en visite au centre de supervision, implanté dans les locaux de la mairie. Les policiers ne sont pas en permanence derrière les caméras, mais seulement en cas de besoin précis, pour une enquête, notamment. SO / SO
Publié le / Modifié le S'abonner
Si les élus ruthénois étaient frileux au début de la mise en place de la vidéoprotection, aujourd’hui, le discours est inversé. La volonté de la municipalité est d’équiper les quartiers de la ville pour veiller à la sécurité et la tranquillité publique.

La municipalité de Rodez a voté, récemment, une augmentation du nombre de caméras implantées dans la ville. 
De 32 systèmes, le piton passera à 34. S’il n’y avait le frein du développement de la fibre qui prend du retard, la ville irait encore plus rapidement dans la mise en place de cette vidéoprotection. « On s’est engagé clairement et je n’ai pas d’états d’âme pour installer des caméras. S’il faut en mettre 200, j’en mettrai 200 », explique Christian Teyssèdre, le maire de Rodez.

Ce développement dans la ville de Rodez n’est aucunement une réponse à une quelconque augmentation de la délinquance. Le maire de Rodez le sait et le réaffirme. « Le taux des incivilités et de la petite délinquance ne bouge pas. Nous en sommes à 1 100 cas par an et cela n’a pas augmenté, depuis des années », dit le premier magistrat en citant les chiffres communiqués par la police nationale.

C’est donc pour l’aspect dissuasif et l’aide apportée à la police que Rodez entend s’engouffrer dans cette brèche.  La vidéoprotection est par ailleurs particulièrement précieuse pour appuyer la police en cas de grands rassemblements et événements festifs (Tour de France, Estivada…).
Pour la petite délinquance, la vidéoprotection apporte également une réponse efficace. Tout récemment, un individu a été interpellé alors qu’il mettait le feu aux poubelles à Ramadier. Depuis, il a été condamné. En revanche, celui qui a mis le feu aux poubelles et à une voiture dans le quartier de l’Amphithéâtre n’a pas pu être appréhendé.

Certains habitants de ce quartier demandent d’ailleurs, à la mairie, la mise en place de caméras dans leur secteur alors que Centre Presse s’était fait l’écho de plusieurs incivilités survenues dans les rues Pasteur et Séguret-Saincric, notamment (lire par ailleurs).
Cette demande devrait ravir le maire de Rodez et venir appuyer ses arguments.

Stabilité de la délinquance

« Je pense qu’il faut augmenter l’installation de caméras, du centre-ville aux périphéries de la ville, jusqu’à Layoule et ses environs. Je suis un inconditionnel car j’y crois, pour la protection des biens et des personnes, pour réduire les infractions et les incivilités. Aujourd’hui, la sécurité passe par les moyens modernes. Partout en France, on voit une baisse de la délinquance grâce à la vidéoprotection », souligne le maire, qui ne dispose pas de bilan pour Rodez.
Et d’ajouter : « il est trop tôt pour le dire, mais on sait qu’on est sur une stabilité de la délinquance ».

Pour l’élu, l’utilité de la vidéoprotection n’est, aujourd’hui, plus à démontrer. Pour sa majorité, non plus, puisqu’elle le suit et vote favorablement pour l’extension de ce système de protection. En février dernier, ils étaient 31 conseillers municipaux à avoir approuvé la liste des nouveaux emplacements pour les caméras, contre deux qui ont donné un avis défavorable.

Dans ce dispositif, les bâtiments municipaux (ou communautaires) ne sont pas en reste. Du côté du musée Soulages, dont les vitres sont régulièrement détériorées, la majorité municipale pourrait bien, là aussi, envisager d’installer d’autres caméras. Signalons que l’intérieur du musée est équipé de 36 dispositifs de surveillance.
Dans les parkings ruthénois où des incivilités ont lieu (notamment sur les barrières pour éviter de payer), on compte 57 caméras. Là, le dispositif, qui date de 2013, est particulièrement efficace puisque des personnes indélicates sont régulièrement interpellées. 

Pour renforcer le sentiment de sécurité, la municipalité pourrait bien « mettre 200 caméras de plus s’il le faut. Ce n’est même pas une question d’argent, mais la fibre qui nous ralentit dans notre plan », insiste le premier magistrat. 

En attendant l’arrivée massive de la fibre et un maillage plus important, la Ville va donc équiper la place Adrien-Rozier (à l’angle passage du Chapitre) et le passage des Maçons, à l’angle rue Cusset.
Ces deux emplacements répondent à la logique de la fréquentation et à la récurrence des incivilités.

Quartier de l'Amphi : une pétition pour des caméras

Alors que la mairie de Rodez étend son dispositif de vidéoprotection, certains habitants en redemandent. Il s’agit des résidents du quartier de l’Amphi, qui a connu, récemment, une série d’incendies de poubelles et de plusieurs véhicules, ainsi que des dégradations (détérioration de rétroviseurs et vols d’antennes).
Les auteurs n’ont pas été appréhendés, faute de preuve. Un petit groupe d’une dizaine d’habitants est actuellement en train de faire signer une pétition. 
« Nous demandons au maire, au procureur et au préfet de mettre des caméras dans notre quartier pour mettre fin à ces détériorations, dégradations et incivilités », souligne, l’une des signataires.

Une centaine de signatures déjà

Le groupe qui a réussi à obtenir une centaine de signatures pour l’instant, espère évidemment convaincre plus de riverains, une condition pour obtenir la mise en place de cette caméra. Interpellé, Christian Teyssèdre, le maire de Rodez, ne voit aucun inconvénient à la mise en place d’une caméra dans ledit quartier. « S’il faut en mettre une ou deux de plus, on le fera bien évidemment. Il faut en revanche que les habitants soient très précis par rapport à l’endroit demandé, car on ne peut pas en mettre une dans chaque rue. Mais sur le fond, je suis tout à fait d’accord », dit-il. La pétition signée sera remise, prochainement, à la fois à la préfète, au maire et au procureur.

Salima Ouirni
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

152000 €

Dans le cœur historique de Rodez, au calme entre l'ancien évêché et la cath[...]

318 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE Entrée avec dégagement, cuis[...]

23500 €

A vendre, parking souterrain centre ville de Rodez au niveau du tribunal.[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir