Industrie

Rodez : les menuiseries Devic, 90 ans d’expansion

Abonnés
  • Thierry Devic et son fils, Nicolas qui vient d’intégrer l’entreprise
    Thierry Devic et son fils, Nicolas qui vient d’intégrer l’entreprise Ph.R. / Ph.R.
  • Thierry Devic et son fils, Nicolas avec Raymond Devic, qui a donné le virage industriel à l’entreprise.
    Thierry Devic et son fils, Nicolas avec Raymond Devic, qui a donné le virage industriel à l’entreprise. Ph.R. / Ph.R.
Publié le / Modifié le S'abonner
Depuis l’atelier de la rue du Bourguet-Nau à Rodez où elle a vu le jour en 1928, l’entreprise familiale n’a cessé de croître.

Chez les Devic, on cultive plutôt la discrétion et l’humilité. Mais pour ses 90 ans, l’entreprise familiale de menuiserie a quand même décidé de mettre un petit peu le nez à la fenêtre ou d’ouvrir la porte, c’est selon. Car c’est bien avec ses deux produits phares qu’elle construit son succès aujourd’hui. 

Anniversaire oblige, effectuons un petit retour en arrière. L’histoire de la saga Devic a démarré dans un petit atelier de la rue du Bourguet Nau, dans le quartier de l’église Saint-Amans.
En 1928, Fernand et son frère, Pierre, réalisent leurs premiers châssis. Début d’une belle et longue histoire. Petit à petit, fidélisant leur clientèle et travaillant pour plusieurs collectivités locales, la menuiserie grandit. Elle se retrouve avec sept salariés à la fin des années 50.

Raymond, le fils de Fernand, entre dans l’entreprise qui quitte alors son petit atelier pour un, plus grand, installé rue Eugène-Loup, face à l’entrée du haras. Un premier virage important pour l’entreprise qui prend des marchés régionaux et démarre l’activité industrielle de fenêtre bois. Forte d’une quarantaine de salariés, l’entreprise a rapidement besoin de plus de place.

Au milieu des années 70, elle prend la décision de s’installer à Bel Air, où elle se trouve actuellement. Durant plus de 30 ans, Raymond Devic assurera le développement de l’entreprise, qui rayonne alors dans tout le grand sud, avec notamment une grosse activité « chantier ». Avant de céder, en 2002, sa place à son fils Thierry, actuel PDG de l’entreprise.

Ce dernier, dans la lignée familiale, fait également prospérer la société, en optant toutefois pour une nouvelle stratégie, dictée par l’évolution des marchés : la diminution de l’activité chantier au profit de la vente aux professionnels.
Rapidement, les menuiseries Devic sont en pointe aussi bien dans le PVC et l’aluminium, que dans le bois, dont elle a préservé la fabrication malgré l’effondrement de ce marché.
« J’ai traversé cette période où l’on est passé de 80 % de production bois à 10 % aujourd’hui… » De quoi nourrir de la prudence et de la remise en question chez Thierry Devic.

"Fidèles à nos valeurs"

« On a connu des hauts et des bas, et l’on s’est serré les coudes », commente le PDG. « Il y a quelques années, il a fallu se poser les bonnes questions. Opter pour une bonne stratégie en restant fidèle à nos valeurs, en demeurant une entreprise familiale », glisse le PDG, par ailleurs passionné de rugby. « On a misé sur la fidélité avec nos partenaires, nos fournisseurs, notre clientèle… »

C’est ainsi qu’il a opté pour un développement sur le marché national. « En investissant sur l’humain, parce que nous avions la chance de pouvoir le faire », explique Thierry Devic. Une stratégie gagnante au regard de la croissance à deux chiffres qui marque l’entreprise aujourd’hui. Et qui l’amène à plancher sur le réaménagement du site de Bel Air, histoire de gagner un peu de place encore.

Vendredi, pour fêter les 90 ans de cette belle saga familiale, Thierry Devic a proposé à la centaine de salariés de l’entreprise de mieux connaître celle-ci. « Ceux qui travaillent dans les ateliers PVC ne connaissent pas spécialement le travail dans les ateliers alu, bois, et vice-versa. On va organiser une tournée des ateliers ». Après une photo de famille, un grand pot d’anniversaire réunira tout le personnel de l’entreprise en soirée. Et parmi eux, Nicolas Devic. Le fils de Thierry. Depuis quelques mois, il marche sur les traces de son père, rédigeant les premières lignes de la quatrième génération de l’entreprise familiale.

Philippe Routhe
L'immobilier à Rodez

81000 €

A vendre proche centre ville T4 traversant, actuellement loué , au 2ème éta[...]

304 €

A deux pas du centre ville de RODEZ, venez découvrir ce charmant T1 bis dup[...]

530 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE Entrée, séjour/cuisine (élém[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir