Santé

Médicament Lytos et complément alimentaire Lithos : ne pas confondre !

  • Médicament Lytos et complément alimentaire Lithos : ne pas confondre !
    Médicament Lytos et complément alimentaire Lithos : ne pas confondre !
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

L’Anses met en garde contre la confusion entre un médicament et un complément alimentaire. Le premier est indiqué dans le traitement de l’hypercalcémie, l’autre en cas de forte perte hydrique. La raison de ce risque : des noms trop ressemblants.

Le signalement d’un nouveau cas de confusion entre le médicament Lytos et le complément alimentaire Lithos a amené l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) à alerter les patients, les prescripteurs et les pharmaciens sur le risque d’erreur.

« Le médicament Lytos du laboratoire Riemser Pharma GmbH est un biphosphonate indiqué dans certains cas graves d’hypercalcémie (augmentation du taux de calcium dans le sang)», précise l’Anses. Dans un contexte totalement différent, « le complément alimentaire Lithos commercialisé par Biohealth Italia est utilisé en cas de forte perte de liquide liée à une transpiration excessive, une forte diurèse ou une diarrhée ».

Comme les deux noms se prononcent de la même façon et que leurs écritures sont très proches, « une confusion et des erreurs médicamenteuses peuvent survenir facilement », souligne l’agence.

Prudence et vérification

L’Anses recommande donc aux professionnels de santé  « de prescrire systématiquement le médicament Lytos en dénomination commune internationale (DCI) en plus de son nom commercial ». Et « pour le complément alimentaire Lithos et de façon générale pour tous les compléments alimentaires, d’ajouter le statut du produit (complément alimentaire), de les séparer des médicaments et d’ajouter si possible la mention « à titre de conseil » sur les prescriptions ».

Aux pharmaciens, l’agence conseille « en cas d’écriture peu lisible ou de doute […] de vérifier auprès du prescripteur le produit (indiqué) en se faisant préciser son statut et la substance active, et le cas échéant, l’indication ». Enfin, les patients eux-mêmes peuvent « en cas de doute, interroger leur pharmacien ou leur médecin ».

Destination Santé
Réagir