Bien-être

Les préadolescents sont moins motivés à faire du sport

  • Les préadolescents sont moins motivés à faire du sport
    Les préadolescents sont moins motivés à faire du sport
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Une étude menée par des chercheurs de l’Université de Genève affirme que les enfants (de 9 ans et plus) pratiquent le sport à l’école avec réticences. Retour sur les origines de cette baisse de motivation.

Les préados perdent l’envie de se dépenser. C’est le constat de chercheurs de l’Université de Genève (UNIGE) réalisé suite à une étude menée auprès de 1 200 élèves suisses âgés de 8 à 12 ans. Ceux-ci ont rempli un questionnaire tous les 6 mois durant 2 ans, pour connaître leur motivation à faire du sport.

Un constat étonnant

L’observation est surprenante : dès 9 ans, les bonnes raisons pour faire du sport (plaisir, santé) laissent place aux motivations néfastes : avoir une bonne note ou améliorer son image auprès de ses camarades. Pratiquer une activité physique pour se défouler n’est plus le but premier, mais vu plutôt comme une obligation par les enfants. « Pour la première fois, nos résultats démontrent une forte baisse des motivations positives pour l’activité physique. Ce déclin n’avait jamais été constaté si jeune ! », commente Julien Chanal, chercheur à la Section de psychologie de la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’UNIGE. Les intentions sont devenues mauvaises et contre-productives pour faire une activité physique.

L’enseignement mis en cause

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) préconise que 50% du temps à l’école doit être consacré au sport, alors qu’en moyenne seulement 38% y serait dédié. L’enseignement de la discipline a changé : plus de théories et moins de temps pour pratiquer. « Maintenant que les enfants ne bougent plus autant qu’avant en dehors de l’école, il est primordial que les périodes de cours dédiées à l’éducation physique valorisent au maximum le mouvement », explique Julien Chanal. Le sport joue un rôle important, l’inactivité physique entraine un nombre croissant d’enfants en surpoids : 16% en Suisse.

Destination Santé
Voir les commentaires
Réagir