Santé

Certaines informations traitées par notre cerveau activent l'hormone du plaisir

  • Les chercheurs ont découvert que les informations liées aux chances de gagner à la loterie étaient traitées dans les mêmes régions du cerveau associées à la dopamine.
    Les chercheurs ont découvert que les informations liées aux chances de gagner à la loterie étaient traitées dans les mêmes régions du cerveau associées à la dopamine. Georgijevic / Istok.com / Georgijevic / Istok.com
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

(Relaxnews) - Chercher une information sur le net déclenche le même processus de récompense dans notre cerveau que lorsque l'on mange un hamburger ou que l'on gagne une somme importante d'argent, dévoilent des neuro-scientifiques de l'université de Berkeley (Etats-Unis). 

La satisfaction que l'on ressent en gagnant à un jeu ou en dégustant son plat préféré résulte d'une action de notre cerveau qui active un "système de récompense" et sécrète de la dopamine, hormone associée au plaisir. Alors que les économistes ont tendance à considérer la curiosité comme un moyen d'arriver à une fin, les psychologues ont longtemps considéré la curiosité comme une motivation innée. Par exemple, les fans de sport peuvent vérifier les cotes d'un jeu même s'ils n'ont pas l'intention de se lancer dans un pari. 

"Notre étude a tenté de répondre à deux questions. Premièrement, pouvons-nous concilier les points de vue économique et psychologique de la curiosité et déterminer pourquoi les gens cherchent des informations ? Deuxièmement, à quoi ressemble la curiosité à l'intérieur du cerveau ?", explique le Pr Ming Hsu, qui a dirigé cette nouvelle étude parue dans la revue PNAS

Un processus similaire à celui provoqué par la malbouffe ou les drogues

Pour ce faire, les chercheurs ont soumis des volontaires à des IRM pendant qu'ils jouaient à un jeu de hasard. Chaque participant a reçu une série de billets de loterie et a dû décider combien il était prêt à payer pour en savoir plus sur ses chances de gagner. Dans la plupart des cas, les personnes ont fait des choix rationnels en fonction de la valeur économique de l'information (c'est-à-dire combien d'argent elle pouvait les aider à gagner).

En analysant les résultats de l'IRM, les chercheurs ont découvert que l'information sur les cotes des jeux a activé les régions du cerveau spécifiquement connues pour être impliquées dans l'appréciation (le striatum et le cortex préfrontal), qui sont les mêmes zones du cerveau qui produisent de la dopamine et qui sont activées par la consommation de la "malbouffe" ou de substances psychoactives.

Ce phénomène a été constaté y compris lorsque l'information reçue n'a pas modifié la décision initiale de la personne. "L'information représente la propre récompense du cerveau, au-delà du fait qu'elle soit considérée comme utile ou non. C'est un peu comme vouloir savoir si nous avons été pressenti pour une offre d'emploi prestigieuse, même si nous n'avons pas l'intention d'accepter le job", développe le Pr Hsu. 

Bien que la recherche ne porte pas directement sur la surconsommation d'information numérique, les chercheurs en concluent que le fait que l'information engage le système de récompense du cerveau favorise le phénomène de dépendance, ce qui pourrait expliquer pourquoi nous trouvons "irrésistible" d'avoir été taggé sur une photo via les réseaux sociaux. 

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir