Economie

Chambre de métiers de l'Aveyron : une période de « grande mouvance »

Abonnés
  • Mercredi soir, lors de l’assemblée générale.
    Mercredi soir, lors de l’assemblée générale. JAT / JAT
Publié le / Modifié le S'abonner
L’organisme consulaire est confronté aux incertitudes liées à la loi Pacte et à la régionalisation.

"Les chambres de métiers sont dans une période de grande mouvance." Présidente de la chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) de l’Aveyron, Christine Sahuet ne nie pas les incertitudes qui planent sur l’organisme départemental, comme elle a pu l’exprimer, mercredi soir, lors de l’assemblée générale de la structure.
Car l’organisme en question est aujourd’hui confronté, comme ses homologues du pays tout entier, aux conséquences de la loi Pacte et de la démarche de régionalisation des chambres de métiers, chaque région devant disposer d’une chambre unique, et ce, dès janvier 2021.

L’apprentissage en question

« Nous allons rester très vigilants face aux zones d’ombre qui persistent à ces deux niveaux, commente Christine Sahuet, qui ne se départit pas pour autant de son optimisme et de son dynamisme. Pour ce qui de la régionalisation, nous resterons quoi qu’il en soit dans une démarche de proximité, à travers notre rôle d’accompagnement et d’aide aux entreprises et aux artisans. »
Le deuxième volet de la réforme engagée concerne l’apprentissage, avec la loi « Choisir son avenir professionnel », qui rebat en profondeur les cartes de la formation. La principale préoccupation de Christine Sahuet tient dans « la libéralisation de l’ouverture des sections d’apprentissage. Cela a pour effet de supprimer la carte des formations qui permettait d’éviter l’ouverture de sections concurrentes entre établissements.
«Je ne voudrais pas que la loi du marché soit le seul arbitre dans le domaine de la formation. Je compte sur les artisans pour que les apprentis que nous embaucherons dans nos entreprises soient des apprentis formés aux métiers dans les CFA des chambres de métiers. Nous avons cette expertise. »
Beaucoup d’espoirs placés dans le nouvel internat
Dans ce paysage quelque peu tourmenté, il est une ligne d’horizon qui réconforte les acteurs de la chambre de métiers: la construction d’un nouvel internat. D’ici 2021, cet équipement proposera une capacité de 60places. L’appel à maîtrise d’ouvrage déléguée a été réalisé et l’appel d’offres pour la maîtrise d’œuvre est en cours. L’investissement prévu est de 2,6M€ et, comme l’a rappelé Christine Sahuet, « rien n’aurait été possible sans les financeurs: Région, Département, Agglo de Rodez ».
Cette dernière a également tenu à préciser que, « ce nouvel internat sera un élément structurant pour notre CMA. Il est devenu indispensable si nous voulons en finir avec la fuite des apprentis vers d’autres cieux. Nous perdons et avons perdu trop de jeunes par manque d’hébergement. Nous allons pouvoir cibler les mineurs grâce à cet équipement, qui se voudra d’abord fonctionnel et sécurisant. »

François Cayla
Réagir