Un chèque de 1 000 € a été remis lors de l’inauguration de la salle de dépeçage

  • Il pleuvait. Les personnalités et les membres du bureau de la société de chasse derrière le chèque, comme à l’abri.
    Il pleuvait. Les personnalités et les membres du bureau de la société de chasse derrière le chèque, comme à l’abri.
Publié le , mis à jour

Samedi, la société de chasse, forte de 30 sociétaires, recevait. Une bonne odeur les accueillait. Il faut préciser que le repas du midi tournait autour de la broche : un jeune sanglier d’une trentaine de kilos qui n’aura plus l’occasion de labourer, d’un groin prédateur, les terres agricoles. C’était l’inauguration de la salle de dépeçage, une salle désormais obligatoire. "À partir du moment où le gibier est tué, il faut ce local pour le découper, commentait un membre du bureau. Et il faut faire analyser la langue de l’animal avant de le consommer afin de traquer la moindre contamination". Tout un protocole donc. On ne se met pas tout de suite la serviette autour du cou après avoir chassé. À cette occasion avait lieu la remise d’un chèque de 1 000 euros par la caisse locale du Crédit Agricole de Réquista, représentée par M. Fabre, directeur ; M. Bouteille, président du conseil d’administration. Gilles Fourcadier, le président de la société de chasse, avait déposé une demande de financement dans le cadre du fonds de développement d’aide aux initiatives locales. Ces 1 000 euros seront affectés à l’achat d’un palan électrique, d’un cumulus, d’un congélateur, de trépieds… Cette somme pour l’aménagement de cette salle de découpe évitera donc des coupes sombres dans les finances de l’association. Une association dont les buts sont de regrouper les détenteurs d’un droit de chasse, de veiller au respect des propriétés et des récoltes des propriétaires, de procéder à la régulation des animaux sur les terrains, de favoriser la répression du braconnage et d’organiser techniquement la chasse pour permettre un meilleur exercice de ce loisir. Tout un beau programme en lien avec la nature.

Présent, le maire insista sur le rôle essentiel des bénévoles dans la vie de la cité : "Sans eux, il manquerait assurément l’air du pays, sa respiration."

Ball trap, le 14 juillet de 10 heures à 18 heures. Restauration sur place à midi. Contact : Gilles, 06 81 40 26 18 ou Pierre, 06 56 71 32 60.

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
L'immobilier à Villefranche-De-Panat

495000 €

Dans environnement calme et très agréable avec vue imprenable sur le Lac, m[...]

192000 €

Situation privilégiée pour cette maison de 150 m² avec un accès, depuis son[...]

Toutes les annonces immobilières de Villefranche-De-Panat
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?