Sociéte

À Solville, la cantinière prépare du bio… et du bon pour les écoliers

  • La cantinière Michèle Marcilla entourée de Nicole Andurand-Le Guen, maire déléguée de Vabre-Tizac,et de l’adjointe Magali Combettes.
    La cantinière Michèle Marcilla entourée de Nicole Andurand-Le Guen, maire déléguée de Vabre-Tizac,et de l’adjointe Magali Combettes.
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Depuis septembre, la cantine scolaire de Solville a changé son mode de fonctionnement. Et, visiblement, les écoliers – ils sont environ 55 à s’asseoir au quotidien dans le grand réfectoire, sur un effectif de 62 – sont satisfaits de ce nouveau menu. "Avant, nous recevions des plateaux et la cantinière réchauffait les plats, expliquent Nicole Andurand-Le Guen et Magali Combettes, respectivement maire déléguée et adjointe à Vabre-Tizac. Mais, force est de reconnaître que cela n’était plus adapté à notre vision de la restauration scolaire. Nous souhaitions des menus plus équilibrés, goûteux et avec des aliments que l’on ne trouve pas forcément dans ces plateaux. L’idée était donc que la cantinière prépare ses menus avec des produits frais et bio de préférence." Michèle Marcilla, en poste depuis 2012, a accueilli la nouvelle avec entrain. Accompagnée de Magali Combettes, elle s’est renseignée auprès de communes voisines et a même visité des cantines scolaires pour s’imprégner de sa future organisation. Pendant ce temps-là, les élus ont lancé les travaux de la cuisine : de nouveaux équipements, un réagencement des lieux… Coût total : 33 000 €, avec une subvention de l’État dans le cadre de la DETR de l’ordre de 11 290 €. Après une formation en lien avec les exigences administratives, notamment sur la traçabilité et l’hygiène, Michèle Marcilla s’est donc attachée à régaler les écoliers. "C’est très positif car, dans les assiettes, les produits sont vrais. Nous avons la chance de pouvoir compter sur des fournisseurs de qualité comme les fromages du Cédenol ou du Bez, les poulets et la viande de Grégory Fort, le pain de chez Bedel, la charcuterie des voisins des Gorges de l’Aveyron… Bref, les enfants en redemandent !"

Paulo Dos Santos
Réagir