Nouveauté

Cyclisme : la première course gravel d’Aveyron attendue en 2020

Abonnés
  • Maxime Poisson espère séduire le public avec cette première en Aveyron.
    Maxime Poisson espère séduire le public avec cette première en Aveyron. JM -
Publié le / Modifié le S'abonner
Responsable de l’entreprise Wish one, Maxime Poisson prévoit l’organisation d’une première course gravel sur le territoire, entre Causses et Aubrac, l’an prochain.
 

L’Aveyron succombera-t-elle à la mode du gravel ? C’est le souhait de Maxime Poisson, responsable de l’entreprise Wish one (voir ci-contre). Ancien football au sein de la formation dijonnaise, l’homme, qui a grandi entre Sévérac-le-Château et Rodez, nourrit de hautes ambitions. Non pas pour le ballon rond mais pour la petite reine. À l’horizon 2020, il espère lancer la première course de cycles taillée aussi bien pour la route que les chemins de terre. Un projet que ce dernier mènerait en concertation avec les collectivités locales. « Nous n’en sommes qu’au début en France, mais aux États-Unis, les épreuves avec ce genre de vélos existent depuis un petit moment », confirme l’intéressé.
Afin de convaincre élus et éventuels participants, celui-ci a organisé une première série d’essais du circuit qu’il image entre Causses et Aubrac durant cinq jours, en compagnie de grands sportifs, parmi lesquels figuraient Fränk Schleck et Pauline Sabin-Teyssèdre, présents hier lors de la conférence de presse de présentation de la possible aventure. « C’est un enjeu pour être reconnu comme territoire référence du gravel, appuie Maxime Poisson. À travers cet événement, les participants pourraient découvrir de nouveaux chemins tout en effectuant une pratique sportive. »
« Un parcours très physique »
Des ambitions que n’a pas contredites la cycliste ruthénoise. Invitée à témoigner de cette expérience, la seule femme engagée dans cette batterie de test a avoué avoir eu, d’abord, une petite appréhension « par rapport à la distance », estimée à 130 km. « Le parcours que nous avons effectué est très physique. Il allie le côté VTT naturel et la performance de la route. Je pense que ce genre d’épreuve peut séduire du monde ». Réponse dans les mois à venir pour savoir quels seront les participants à rallier les sources de l’Aveyron à Brameloup.
 

Wish one porte le SUV du vélo

Imaginée sur une terrasse de café à Saint-Geniez-d’Olt, l’entreprise Wish one ambitionne de développer en France et en Europe le vélo à pignon fixe. Pour y arriver, l’ancien footballeur a construit son projet sur le principe du circuit court. « Du design à la fabrication, tout est fabriqué en France », rappelle l’entrepreneur aveyronnais qui souhaite développer son produit dans un « écosystème durable ». En œuvrant au déploiement de cette nouvelle technologie, aussi performante sur route que sur les chemins, le jeune chef d’entreprise veut faire de ce modèle le « SUV du vélo ». « C’est ce qu’on peut appeler le SUB pour sport utility bicyle. »

JM
Réagir