Industrie

Diesel : l'étude qui redonne un peu d'espoir aux salariés aveyronnais de Bosch Rodez

  • Agnès Pannier-Runacher, ici lors d'une récente visite de l'usine Bosch d'Onet-le-Château.
    Agnès Pannier-Runacher, ici lors d'une récente visite de l'usine Bosch d'Onet-le-Château. J.B. / J.B.
Publié le / Modifié le S'abonner
Le Premier Ministre a rendu, lundi 24 juin, un arbitrage favorable pour le lancement de l'étude scientifique indépendante sur les véhicules diesel et essence de dernière génération. Ce mardi matin 25 juin, syndicalistes et élus étaient reçus, à Bercy, par la secrétaire d'Etat à l'Economie, Agnès Pannier-Runacher. 

Depuis plusieurs mois, les salariés de l'usine Bosch d'Onet-le-Château, et plus généralement ceux de la filière automobile, subissent de plein fouet les retombées négatives de la crise du diesel. C'est dire que l'arbitrage favorable du Premier Ministre Edouard Philippe pour le lancement d'une étude scientifique indépendante sur les émissions polluantes des véhicules essence et diesel de dernière génération leur redonne un peu d'espoir.

Cette étude sera lancée début juillet pour une restitution d'ici fin décembre. Elle concernera les véhicules essence de type Euro 5 et les véhicules essence de type Euro 6D. L'expertise sera réalisée par un cabinet d'études spécialisé, appuyé d'une Organisation non gouvernementale (ONG). Cette étude conditionne, notamment, l'éventuelle éligibilité des moteurs diesel modernes pour l'attribution de la vignette Crit'Air1.

Ce mardi matin, les représentants des trois syndicaux représentatifs de l'usine (CGT, Sud et CFE-CGC) ont été reçus, comme prévu, à Bercy, par la secrétaire d'Etat à l'Economie, Agnès Pannier-Runacher. Cette nouvelle rencontre ministérielle s'est déroulée en présence des maires de Rodez et Onet, Christian Teysssèdre et Jean-Philippe Kéroslian, des trois députés Anne Blanc, Arnaud Viala et Stéphane Mazars, du sénateur Alain Marc et du président du Ceser, Jean-Louis Chauzy. 

L'occasion pour les syndicalistes comme pour les élus, de rappeler que les projets actuels de Bosch, notamment en matière de mutation industrielle, "ne correspondent pas aux objectifs initialement fixés". Évoquant la récente intervention d'Heiko Carrié, faisant état d'un sureffectif actuel de 515 emplois dans la filière diesel, Christian Teyssèdre et Jean-Philippe Kéroslian déplorent des "propos aussi peu constructifs de la part d'un groupe en excellente santé financière." Et les uns comme les autres de renouveler leurs attentes, afin que le "gouvernement mette la pression sur les constructeurs automobiles, pour privilégier les équipementiers français." 

Nouvelle entrevue à Stuttgart 

Ce mercredi 26 juin, à 14h30, les représentants castonétois du personnel (CGT, Sud, CFE-CGC) seront reçus à Stuttgart par le coprésident de la division Powertrain Solutions, Uwe Gackstätter, et le responsable de la division mobilité en charge de la restructuration des entreprises, Uwe Raschke, pour aborder l'avenir du site aveyronnais, en présence de la direction de Bosch France et celle de Bosch Rodez. À l’issue de cette entrevue de deux heures, le syndicat CGT invitera le personnel aveyronnais de l'usine de Cantaranne, à une assemblée générale.

 

J.B.
L'immobilier à Rodez

89000 €

A découvrir bel appartement de type F3 de 85m²! Facilement transformable en[...]

475 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE- Ravissant 2 pièce situé dan[...]

100000 €

Quartier calme, appartement traversant de type 4/5 à rafraîchir avec balcon[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir