Santé : la CFDT tire, à nouveau, la sonnette d'alarme

  • Le nouveau bureau de la CFDT Santé-Sociaux Aveyron.
    Le nouveau bureau de la CFDT Santé-Sociaux Aveyron. Ph.H.
Publié le

La CFDT santé-sociaux Aveyron, à l'occasion de la présentation de son nouveau bureau, jeudi 27 juin, a tenu à alerter sur la situation "dramatique" des aides soignants dans les établissements aveyronnais, mais aussi sur les difficultés rencontrées par le personnel du service des urgences, en échos au mouvement national.

Le message est martelé depuis plusieurs mois, plusieurs années. La CFDT santé sociaux Aveyron, une nouvelle fois, à l'occasion de la présentation de son nouveau bureau, a voulu interpeller chacun quant à la situation " dramatique " des aides soignants. 

Le 24 juin dernier, lors du Comité technique d'établissement du centre hospitalier Jacques-Puel de Rodez la question a été posée à la demande du syndicat : pourquoi les primes des aides-soignants contractuels ne sont pas payées ? " Le paiement de cette prime dépend pourtant de la volonté de chaque établissement, souligne Valérie Ollier, secrétaire de la section CDFT à l'hôpital de Rodez. Or, au sein du GHT (Groupement hospitalier de territoire), les aides-soignants de Decazeville et de Villefranche-de-Rouergue perçoivent cette prime. "  Plus d'une centaine de personnes sont concernées par cette prime et cette question préoccupe également les autres organisations syndicales, CGT et FO.  

Alors que le personnel hospitalier manque, les représentants syndicaux s'interrogent : " Comment vouloir attirer des candidats alors que nous ne sommes même payés comme il se doit et que les conditions de travail se dégradent fortement ? " Avec de graves conséquences sur le personnel en place. " Les arrêts maladies se multiplient, les démissions s'enchaînent. Sans compter ceux qui s'apprêtent à craquer... ", lâche David Grégoire, adjoint administratif au centre hospitalier et trésorier de la CDFT.

Dans un deuxième temps, la CDFT soutient toujours autant le mouvement de grève entamé mercredi 26 juin au service des urgences de Rodez. " Mais le sujet devrait concerne tous les agents du service public, à une échelle nationale ", explique Valérie Ollier. 

Pour le syndicat, " les services des urgences cristallisent l'ampleur de la désorganisation de l'offre de soins. Le mouvement de grève qui les traverse n'illustre que la partie immergée de l'iceberg. C'est l'hôpital dans son ensemble qui doit bénéficier de moyens "

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

389 €

LOCATION T2 RODEZ CENTRE SANS FRAIS D'AGENCE un hall d'entrée et dégagemen[...]

344 €

RODEZ : T1 Bis lumineux, fonctionnel avec garage et balcon Expo Sud dans un[...]

425 €

A louer T2 de 41.57 m2 à Bourran Il se compose d' une entrée, séjour ouvert[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?