Des mineurs ont occupé le conseil d’administration

  • Les mineurs en colère ont montré leur détermination.
    Les mineurs en colère ont montré leur détermination.
Publié le , mis à jour

À l’initiative des fédérations nationales des mineurs CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE, CGC, près de cent mineurs ont fait le déplacement depuis leur région et ont occupé le conseil d’administration qui était convoqué jeudi 27 juin.

"Le siège de leur agence étant ouvert, ils souhaitaient se faire entendre auprès des représentants des ministères. Ceux-ci ont préféré se dérober et avec la complicité du Président tenir un CA dans les locaux du ministère des Finances. Il en va ainsi du dialogue social en Macronie", soupire un manifestant qui poursuit : "Pour la deuxième année consécutive, le budget 2019 de l’action sanitaire et sociale particulière aux mineurs et leurs ayants droit sera insuffisant pour assurer les versements des prestations sociales (ASS).Le montant de l’insuffisance budgétaire coïncide avec celui du coup de rabot de – 10 % (environ 1,3 M€) qui a été appliqué dès le budget 2018".

"Une logique purement comptable"

Le 29 mai dernier, un conseiller du cabinet de Mme Buzyn a indiqué qu’en raison de l’orientation fixée par le président de la République en faveur d’une politique d’équilibre budgétaire, il n’était pas question de revenir sur la réduction drastique du budget ASS.

Dans la foulée, la direction de l’ANGDM présente un plan de réductions qui tourne le dos aux besoins évalués des mineurs les plus âgés, aux revenus modestes et des veuves à faibles ressources.

Ces réductions n’ont qu’une logique purement comptable, elles n’ont que pour seul objectif celui de rester dans le cadre global d’économies budgétaires imposé par les ministères.

Des choix budgétaires vont pénaliser les plus âgés au quotidien dans des aides essentielles :

- Suppression et plafonnement des aides financières individuelles complémentaires maladie ;

- Suppression de l’aide sociale d’indemnité funéraire pour accompagner dignement la disparition de la veuve du mineur ;

- Modification de l’incontinence (suppression du cumul lorsque le plan APA est saturé) ;

- Modification de la pédicurie ;

- Suppression de l’aide entrée en EHPAD ;

- Augmentation de la participation du bénéficiaire de 1 % à l’heure d’aide au maintien d’aide à domicile, à laquelle se rajoutent les frais de gestion des associations qui augmentent d’année en année et aux participations disparates des conseils départementaux.

Où sont passés les engagements pris au nom de l’État par les majorités successives : "Garantir le régime spécial de Sécurité sociale dans les mines jusqu’au dernier affilié, jusqu’à la dernière veuve", en gage du respect de la Nation envers les mineurs qui ont contribué au relèvement de la France d’après-guerre au prix de leur vie et de leur santé ?

Les représentants des fédérations des mineurs ont affiché leur détermination à poursuivre leurs actions en saisissant toutes les opportunités permettant de dénoncer ces injustices auprès des députés de la majorité actuelle qui votent des restrictions des budgets sociaux. Ils leur demandent d’accorder une dotation complémentaire pour rétablir toutes les prestations.

GDM
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

44000 €

VENDS TERRAIN A DECAZEVILLE D'UNE SUPERFICIE D ENVIRON 2300M2 VUE DÉGAGÉE A[...]

86250 €

Maison familiale des années 1960, très bonne base de départ pour cette mais[...]

101650 €

DECAZEVILLE - Immeuble d'habitation avec 2 appartements duplex de 65 m², pr[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?