Insolite

A Buenos Aires, le roquefort est un fromage... provençal

  • Le roquefort, vu depuis l'Argentine, prend l'accent de Pagnol.
    Le roquefort, vu depuis l'Argentine, prend l'accent de Pagnol. Photomontage CP / Photomontage CP
Publié le / Modifié le S'abonner
La Naciòn, le quotidien de la capitale argentine, a consacré le 25 mai dernier un article au "fromage le plus célèbre de tous les temps", le roquefort... en situant sa fabrication en Provence et non en Occitanie.

 

Pour les Argentins, le Sud-Aveyron est-il en région Paca ? Oui, si l'on en croit Mariano Braga, l'envoyé spécial du quotidien de Buenos Aires La Naciòn. Relevé dans un dossier "Occitanie" lors du dernier numéro du Courrier International, l'hebdomadaire qui traite de l'actualité vue par la presse étrangère, l'article du journaliste argentin raconte son périple sur les traces du "fromage bleu", depuis son atterrissage à Nice jusqu'à sa visite des caves à Roquefort-sur-Soulzon, avec une analyse fort précise de la fabrication du roquefort.

Mais les 400 kilomètres de distance entre Nice et Roquefort n'ont semble-t-il pas été suffisants pour que Mariano Braga puisse penser avoir changé de région. Il est vrai qu'en Argentine, les distances sont autrement plus importantes. Du coup, la pâte persillée du roquefort est plus associée au pastis, aux tomates et à l'huile d'olive qu'au farçou, à l'aligot ou au steak de viande aubrac dans l'imaginaire des Portègnes, comme on appelle les habitants de Buenos Aires.

Mais que soit remercié le journaliste de La Naciòn d'avoir ainsi salué la gastronomie aveyronnaise par l'intermédiaire de son roi des fromages, et même d'avoir placé l'Aveyron un peu plus près de la Côte d'Azur : par ces fortes chaleurs, voilà qui est bien appréciable...

 

L.R.
Réagir