Patrimoine

À l’origine de la “cité du rail”, un nœud ferroviaire

  • Le pont Eiffel de Capdenac-Gare.
    Le pont Eiffel de Capdenac-Gare.
Publié le / Modifié le S'abonner

Capdenac-Gare s’est développé avec l’arrivée du chemin de fer, au milieu du XIXe siècle. Une terre emplie d’histoire à découvrir.

Elles sont voisines et pourtant n’appartiennent pas au même département. La rivière Lot représente symboliquement cette séparation, ou plutôt ce trait d’union entre les deux communes.

Si Capdenac-le-Haut appartient au Lot, Capdenac-Gare se trouve bien en Aveyron. Le village doit son développement à l’arrivée du chemin de fer, au milieu du XIXe siècle. Il devient la plaque tournante de tout le sud du Massif central, en reliant Brive, Toulouse, Cahors, Rodez et Aurillac. Ce nœud ferroviaire sera au centre de l’économie de la région. Ville “champignon”, Capdenac-Gare va connaître un rayonnement rapide et important. Entre voyage et gastronomie, la commune se spécialisera dans l’agroalimentaire.

Sur place, vous pourrez vous rendre à l’église Notre-Dame-des-Voyageurs, qui abrite d’étonnants vitraux représentant la gare, les cheminots, les trains à vapeur et wagonnets. Dans les années 1970, des vitraux d’art contemporain viennent remplacer les vitraux figuratifs pour privilégier la qualité des jeux de lumière. Ils sont créés par Marc Hénard, verrier et sculpteur d’art sacré. Vous pourrez découvrir l’histoire de Capdenac à travers cette succession de vitraux.

AZAIS Chloé
L'immobilier à Capdenac-Gare

225000 €

Maison de type 7,située dans un quartier calme. Elle se compose au rez-de-c[...]

225000 €

Sur les hauteurs de Capdenac Gare, maison récente (2016) de 100m² habitable[...]

Toutes les annonces immobilières de Capdenac-Gare
Réagir