Au bord des lacs, le paradis des amateurs de plages

  • Le lac de Pareloup est le plus connu du Lévézou.
    Le lac de Pareloup est le plus connu du Lévézou.
  • Le lac de Villefranche-de-Panat possède aussi des plages aménagées.
    Le lac de Villefranche-de-Panat possède aussi des plages aménagées.
Publié le , mis à jour

Le Lévezou, entre Rodez et Millau, c’est le pays incontesté des grandes étendues d’eau du département.

Baignades, randonnées, sports nautiques ou histoire : chacun devrait trouver son bonheur sur cette terre encore sauvage par endroits, où les constructions de l’Homme ont façonné le visage de ce territoire. Le Lévézou, pays des lacs, en compte cinq sur sa zone. Celui de Pareloup est le cinquième plus grand au niveau national et constitue un gros complexe de production hydroélectrique. C’est EDF qui, à partir de 1947, et jusqu’en 1952, fit construire les étendues artificielles du plateau, afin de rééquiper la France en matière énergétique, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Le chantier fut titanesque est pas moins de 2 000 ouvriers y travaillèrent. À noter que les cinq lacs du territoire sont reliés entre eux par des galeries souterraines de trois mètres de diamètre. Aujourd’hui, Pareloup récupère les eaux de Pont-de-Salars, Bages et la Gourde et jusqu’au lac de Villefranche-de-Panat, puis l’eau est conduite jusqu’à l’usine de production d’électricité du Poujet.

"Protège-toi du loup"

Avec ses 120 kilomètres de berges, sa cuvette de 1 200 ha et son altitude à 805 m, le lac est un des sites privilégiés des amateurs de pêche. Son nom provient de la phrase "pare lo lop", qui signifiait "protège-toi du loup", car le site est escarpé et pouvait être dangereux si on se laissait surprendre par des bêtes affamées.

Si Pareloup est équipé de plages aménagées, les lacs de Villefranche-de-Panat et de Pont-de-Salars en possèdent chacun deux également. Les lacs de Bages et de la Gourde sont, eux, réservés aux pêcheurs. Bages, un lac de barrage, est situé à plus de 800 m d’altitude. Sa profondeur maximale est 15 m. Dans ses eaux, les carpes se déplacent en bancs très mobiles. La pêche y est autorisée toute l’année mais la navigation est interdite.

AZAIS Chloé
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?