Un plateau mythique chargé d’histoire

  • De nombreuses randonnées à pied ou à vélo sont possibles.
    De nombreuses randonnées à pied ou à vélo sont possibles.
Publié le , mis à jour

Au nord et à l’ouest, le plateau est délimité par les gorges de la Truyère, au sud par la vallée du Lot et à l’est part la Margeride.

Qui n’a pas entendu parler du mythique plateau de l’Aubrac, cette terre basaltique située entre 1 000 et 1 500 m d’altitude. À cheval sur trois départements (Aveyron, Cantal et Lozère), l’union des habitants et leur appartenance commune pour le plateau est symbolisée par la croix des Trois évêques, située avant le village d’Aubrac. Parmi les particularités du plateau, l’on trouve, un peu partout, des burons (ou “mazucs”). Ces constructions apparaissent dès la moitié du XIXe siècle. Au début du XXe siècle, il en était dénombré près de 300. Soit un buron pour chaque montagne, qui possède également sa propre source d’eau. Les burons se composaient de trois pièces. La pièce principale au rez-de-chaussée, avec les outils pour la fabrication du fromage et une cuisine rustique, le grenier à l’étage où les hommes dormaient, à côté de réserves de foin pour les veaux, et enfin la cave, toujours au nord et en partie enterré, où les fromages étaient stockés et affinés. N’hésitez pas à vous rendre dans un de ces témoins du passé et de l’identité de l’Aubrac.

AZAIS Chloé
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?