Télé-médias

Le patron d'Europe 1 s'en va, et Belliard remplace Aliagas

  • Laurent Guimier quitte Europe 1 au bout d'un an seulement
    Laurent Guimier quitte Europe 1 au bout d'un an seulement Kenzo TRIBOUILLARD / AFP / Kenzo TRIBOUILLARD / AFP
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

(AFP) - La valse des dirigeants se poursuit à Europe 1 : après son matinalier star Nikos Aliagas, son patron Laurent Guimier quitte à son tour la station au bout d'un an seulement, faute d'avoir réussi à enrayer l'effondrement de ses audiences.

Le dirigeant du pôle radio du groupe Lagardère (Europe 1, RFM et Virgin Radio) et vice-PDG d'Europe 1 avait succédé l'an dernier à Frédéric Schlesinger --un autre transfuge de Radio France-- et avait placé Nikos Aliagas à la tête de la matinale de la radio généraliste.

Il a confirmé son départ sur Twitter ce mardi, une fois l'annonce faite aux équipes de la radio par son PDG Arnaud Lagardère en personne.

"Aujourd'hui, je dis au revoir et merci aux équipes d'Europe 1, RFM, Virgin Radio, ainsi qu'à vous les auditeurs que j'aime tant. Ensemble, nous avons vécu 13 mois extraordinairement intenses. A très bientôt, et #vivelaradio !", a tweeté Laurent Guimier.

Contacté par l'AFP, Europe 1 n'a pas commenté cette annonce dans l'immédiat.

Son départ fait suite à celui de Nikos Aliagas, qui avait annoncé mi-juin qu'il arrêterait de présenter la matinale d'Europe 1 à la fin de cette saison, et qu'il quitterait la station pour se recentrer sur ses activités à la télévision (il anime notamment "The Voice" et "50' Inside" sur TF1), passer plus de temps avec ses proches et se consacrer à sa passion, la photographie.

- Bis repetita -
Comme attendu, Nikos Aliagas sera remplacé à la rentrée par le journaliste d'Europe 1 Matthieu Belliard, comme l'a confirmé ce mardi Arnaud Lagardère aux employés de la radio. Ce départ intervient alors que Laurent Guimier, en raison d'un arrêt maladie, avait été contraint depuis fin avril de lâcher les commandes d'Europe 1.

C'est la deuxième fois en deux ans qu'Europe 1 change de dirigeant, faute à chaque fois d'avoir échoué à redresser la barre. En 2017, Frédéric Schlesinger avait déjà tenté sans succès une refonte en profondeur de la grille, et fait venir dans son sillage Patrick Cohen, qui présentait auparavant la matinale la plus écoutée du pays sur France Inter. Mais cet attelage de choc n'avait pas réussi à relancer les audiences.

Bis repetita: la saison 2018-2019, avec la grille concoctée par Laurent Guimier et Nikos Aliagas au micro, a vu la station chuter à de nouveaux plus bas historiques. Son audience cumulée est tombée à 5,9% sur la période janvier-mars d'après les chiffres publiés mi-avril par Médiamétrie, alors qu'elle culminait à 9% il y a encore sept ans. La prochaine "vague" d'audiences de Médiamétrie, portant sur la période avril-juin, sera publiée dans deux semaines.

Constance Benqué, la directrice générale du pôle News du groupe Lagardère (qui rassemble Europe 1, le JDD et Paris-Match), qui assurait l'intérim à la tête d'Europe 1 depuis la mi-mai, est pressentie pour succéder à Laurent Guimier. Depuis six semaines, elle s'est attelée à une énième refonte de la grille d'Europe 1 pour la prochaine rentrée, avec déjà de nombreux changements annoncés ou attendus.

Outre le remplacement de Nikos Aliagas par Matthieu Belliard (qui animait jusqu'ici le "Grand journal du soir", de 17H à 20H), cette nouvelle grille verra notamment la journaliste Audrey Crespo-Mara perdre l'interview politique du matin, tandis que Céline Kallman, qui présentait les journaux de la matinale, a annoncé son départ sur RMC après dix ans à Europe 1. Le Parisien avait en outre affirmé samedi que Jean-Michel Apathie, qui avait également rejoint la matinale l'an dernier, en tant qu'éditorialiste, "devrait lui quitter la station".

Relaxnews
Réagir