Top départ !

Rallye du Rouergue : une édition 2019 très ouverte

Abonnés
  • Quentin Gilbert, victorieux l’an dernier, tentera de conserver son titre.
    Quentin Gilbert, victorieux l’an dernier, tentera de conserver son titre. Archive J.A.T. / Archive J.A.T.
Publié le / Modifié le S'abonner
Avec 108 engagés, dont 17 dans la classe R5, le quarante-sixième rallye du Rouergue propose encore une fois un plateau d’exception réunissant tous les « cadors » de la discipline. De quoi ravir l’organisation de cette épreuve, qui compte pour le championnat de France et sert également de support au trophée Clio R3T, ainsi qu’au Challenge Michelin.
 
  • Le rallye côté parcours


Considéré comme l’une des épreuves les plus difficiles de la saison, avec ses deux fameuses spéciales de plus de trente kilomètres (celle de Moyrazès, et ses célèbres épingles qui font se déplacer les foules, et celle de Campouriez-Le Nayrac, avec sa bosse finale) et ses routes piégeuses, truffées de plaques noires en cas de forte chaleur, le rallye du Rouergue devrait une nouvelle fois tenir son rang cette année.
Si la première journée va fortement ressembler à celle de l’année dernière, avec les spéciales de Laissac, Saint-Julien-de-Rodelle-Sébrazac et Campouriez-Le Nayrac (qui est quelque peu modifiée, avec l’ajout d’un « challenge des épingles » immédiatement après le départ, avant le saut le plus long sur la bosse de Crussac, juste avant l’arrivée), la deuxième, quant à elle, est profondément remaniée. En effet, si la célèbre spéciale de « Moy’» est inchangée, exit les deux chronos de Trémouilles et Sainte-Juliette-sur-Viaur, qui sont remplacés par un seul, celui du Lévezou (avec 16,36 kilomètres à parcourir deux fois), qui conduira les concurrents d’Agen-d’Aveyron à Istournet en passant par Frayssinhes et Sainte-Radegonde.
Enfin, la spéciale intitulée Rodez-Musée Soulages, qui servira de final au rallye, est modifiée dans la zone du parking d’Aquavallon et fait l’objet de l’ajout d’une épingle peu avant l’arrivée.

 

  • Le rallye côté sportif

Ils sont quatre à batailler depuis le début de la saison pour la première place du classement du championnat.
Leader de ce dernier ainsi que du classement du Trophée Mixte by Michelin, avec deux victoires en quatre courses (à Antibes et Gérardmer), Yohan Rossel prendra le départ avec le n°1 sur les portières de sa Citroën C3 R5. De son côté, le double champion de France, Yoann Bonato (Citroën C3 R5, Team CHL Sport Auto), contraint à l’abandon l’an passé, compte bien prendre sa revanche aujourd’hui et demain.
Quentin Gilbert, victime d’une sortie de route avec sa Volkswagen Polo GT R5, a perdu la tête du classement du championnat chez lui, à Gérardmer, lors de l’épreuve Vosges Grand Est, et arrive ambitieux, au volant d’une Skoda R5 et avec le statut de tenant du titre.
Enfin, le dernier larron, Nicolas Ciamin (Skoda Fabia R5, Team JSA Yacco), sera au départ pour la première fois de la saison avec une voiture et une équipe identiques à celles de la manche précédente et s’annonce redoutable.
Derrière ces quatre pilotes, ils seront nombreux à tenter de s’immiscer dans la lutte pour les premières places ou pour celles d’honneur.
Troisième dans les Vosges, William Wagner (Volkswagen Polo GTI R5, Team Sébastien Loeb Racing) fait partie de ceux-là, tout comme Sylvain Michel (Skoda Fabia R5, Team 2C Compétition), qui, après un début de saison difficile, revient petit à petit à son meilleur niveau.
Il faudra également compter avec Quentin Giordano (Hyundai i20 R5, Team Sarrazin Motorsport), Éric Mauffrey (Skoda Fabia R5), Patrick Rouillard (Skoda Fabia R5), Jordan Berfa (Hyundai i20 R5), ou encore Ludovic Gal (Hyundai i20 R5, Team Sarrazin Motorsport), sans oublier les régionaux de l’étape comme Jean-Michel Da Cunha (Citroën C3 R5), vainqueur en 2015 et qui a soif de revanche après son abandon l’an passé, et Jean-Laurent Chivaydel (Ford Fiesta R5), septième et premier Aveyronnais en 2018, qui devrait également pouvoir tirer son épingle du jeu. Quant au pilote du bassin decazevillois, Alexis Sirmain (Peugeot 106 F213), il tentera de rééditer son exploit de 2018 en se glissant dans le top 10 et en s’imposant au classement de son groupe.
De son côté, Cédric Robert sera l’un des hommes à battre, aux commandes de sa Citroën DS3 R3 Max (Team CHL Sport Auto). Auteur de trois victoires en Aveyron et actuel leader du Trophée Michelin hors R5, il devrait être à la bagarre avec Grégory Fontalba (Renault Clio R3) et le Lotois Julien Marty (Mitsubishi Lancer Evo9 A8, Team Minerva Oil by gbi.com), et, à un degré moindre, Jean-Nicolas Hot (Subaru Impreza N17 N4) et Nicolas Rouillard (BMW 318 TI Compact F214). N’oublions pas non plus le Ruthénois Vincent Leduc (Peugeot 208 F213), capable de s’immiscer dans le haut du classement.
Parmi les dix-sept engagés dans le trophée Clio R3T, on devrait assister à un beau duel entre le leader du classement, Boris Carminati, absent du podium dans les Vosges, et son dauphin Mathieu Walter, qui s’est justement imposé dans l’Est et sur qui il ne compte plus que six points d’avance.
Enfin, chez les femmes, la quadruple championne de France, la Ruthénoise Charlotte Berton (Renault Clio R3), aura du fil à retordre avec Pauline Dalmaso (Ford Fiesta), en tête du classement du championnat féminin, et Lucile Cypriano (Peugeot 208), deuxième.
 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir