Psycho - Sexo

4 faits insolites sur les seins

  • 4 faits insolites sur les seins
    4 faits insolites sur les seins
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Pour beaucoup (d’hommes en majorité), les seins recèlent de nombreux secrets. Voici donc quelques informations plus ou moins scientifiques pour briller en société…

Stimuler les seins pour atteindre l’orgasme

Selon des chercheurs de l’Université de Sheffield, la stimulation des seins accroitrait l’excitation sexuelle chez environ 82% des femmes. En fait, le mamelon possède des centaines de terminaisons nerveuses qui le rendent sensible au toucher. Par ailleurs, des chercheurs ont récemment montré que la stimulation des tétons active la zone du cerveau correspondant à la poitrine. Normal. Mais elle active aussi celle associée à la zone génitale. Voilà pourquoi tant de femme en tireraient du plaisir.

Et selon le Dr Kristi Funk, chirurgienne américaine spécialisée dans le cancer du sein, citée par le Daily mail, « une femme sur trois pourrait atteindre l’orgasme par une stimulation de sa poitrine ».

Les seins sont rarement symétriques

Il est en effet courant d’avoir un sein plus gros que l’autre (le gauche en règle générale). En fait cela concernerait 1 femme sur 2. Mais en général, la différence est minime, de l’ordre de quelques millimètres. Quant à savoir pourquoi un sein se développe plus que l’autre il semble que les hormones aient leur mot à dire !

Qui est ce « Robert » ?

A côté des nichons, lolos et autres roploplos, on trouve un autre argotique curieux pour parler des seins : les Roberts. Mais pourquoi ce prénom ? Pour comprendre, il faut remonter le temps. Dans les années 1860, le leader du marché français des biberons se nomme Robert. Par analogie, les seins sont ainsi devenus les « Roberts ». L’entreprise a depuis disparu, mais le nom, lui, est resté.

En France, le bonnet le plus courant est le bonnet « C »

Aussi surprenant que cela puisse paraître, un site a dressé une cartographie des « tailles de poitrine moyenne dans le monde ». Ainsi apprend-on qu’en Espagne, le bonnet « B » est roi alors qu’en Russie ce sont les tailles supérieures à « D » qui prédominent. Les cartographes n’expliquent pour autant pas ce phénomène.

Destination Santé
Réagir