Musique

Eurockéennes: dans le tour-bus de Jeanne Added

  • Eurockéennes: Jeanne Added, juillet 6, 2019
    Eurockéennes: Jeanne Added, juillet 6, 2019 Sebastien Bozon / AFP / Sebastien Bozon / AFP
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

(AFP) - "Je suis toujours un peu inquiète que personne ne vienne me voir", confie Jeanne Added, pourtant une des artistes les plus programmées cet été dans les festivals, qui a accepté de recevoir l'AFP dans son tour-bus aux Eurockéennes pour évoquer la vie de tournée.

Belfort, vendredi après-midi. Il fait 32°C. Bienveillante, Jeanne Added propose de faire l'interview dans le car climatisé qui la conduit depuis plusieurs semaines sur les routes de France.

Avec trente concerts estivaux, elle est cette année la tête d'affiche la plus prisée des festivals hexagonaux. Une juste récompense pour celle qui s'est taillé une solide réputation de performeuse et qui surfe sur le succès de son deuxième album "Radiate", couronné de deux Victoires de la musique en février.

"Ça fait évidemment plaisir d'être demandée, d'autant que j'adore ça, faire des concerts. Si j'avais très envie de me produire, mais qu'on ne me faisait pas de proposition, je le vivrais difficilement.", concède-t-elle à quelques heures de jouer sous le chapiteau Greenroom où elle espère attirer du monde malgré l'heure tardive. "Cette crainte-là ne partira jamais de toute façon."

Ce matin, elle est "un peu tombée du lit. Peut-être est-ce le fait de me retrouver ici", dit Jeanne Added pour qui les Eurockéennes occupent une place quelque peu particulière. C'est ici en 2015 qu'elle a joué pour la première fois dans un festival.

"C'était sur la grande scène. J'ai adoré cette première fois, en plus je découvrais ce privilège de pouvoir assister aux concerts d'autres artistes en bord de scène", dit-elle les yeux brillants.

Si en tournée les journées se ressemblent - "lever, déjeuner, balances, siestes ou balades selon la météo, un peu de sport aussi pour entretenir ma forme physique +exceptionnelle+" -, Jeanne Added consacre aussi du temps à écrire de nouvelles chansons avec un petit matériel qui l'accompagne.

- "Echanger les regards" -

"En ce moment, j'ai envie de créer plein de musiques pour mon prochain disque. Sur la première tournée, c'était différent. Il y avait un truc nouveau tout le temps, j'avais l'impression d'être dans un magasin de bonbons, c'était un peu +Charlie et la chocolaterie+ tous les jours", dit la chanteuse, désormais enveloppée dans un sweat à capuche.

"J'évite de prendre froid. Une seule fois dans ma vie j'ai dû annuler à cause de ma voix. Cette seule idée m'est très insupportable. Du coup, je me chauffe plus souvent la voix. Avant c'était plus facile, ça doit être mon grand âge", rit l'artiste à l'âge canonique de 39 ans.

Si elle assure n'avoir aucun rituel en particulier avant de monter sur scène, Jeanne Added confie que sa première envie est "de bien distinguer les spectateurs, en demandant d'allumer la lumière", alors que le noir se fait habituellement. "Je cherche à échanger les regards. Ça me stimule."

"Quand je chante en public, les émotions que je ressens sont souvent les mêmes, c'est rare quand l'inattendu m'envahit. Mais l'instant est toujours aussi exaltant, le plaisir reste incomparable, ça m'emmène toujours aussi loin", affirme l'irradiante, les yeux clos.

"Lydia", issu de son premier album "Be Sensational", est son morceau fétiche, placé vers la fin de set. "Chaque soir, quoi qu'il se soit passé, c'est très rare qu'il ne me fasse pas partir loin. C'est un moment où je sors de mon corps."

Vendredi soir, sur la scène de la Greenroom - bondé aura-t-elle constaté, sûrement rassurée -, sa performance a été de très haut niveau. D'une énergie saisissante et communicative, portée par une voix toujours aussi puissante et juste. A soulever la poussière...

Et le retour sur terre ? "Mes après-concerts ont changé ces dernières années. Avant on faisait un peu la fête, ça pouvait durer... Ce n'est plus le cas. Du coup l'adrénaline redescend tranquillement et au bout d'une heure ou deux, il est temps d'aller me coucher."

On insiste, il y a bien des fois où... "Quand quelque chose de fort s'est produit, oui, me prend parfois l'envie d'aller danser quand même." Aux Eurockéennes, il y avait de quoi.

Relaxnews
Réagir