Le bleu des causses repart en opération séduction

  • Jérôme Chaumat, président de l’AOP bleu des causses et Benjamin Bergès, restaurateur ruthénois participant à l’opération séduction aux côtés des producteurs Laurence Bessière (Flavin) et Clément Chayrigues (Séverac).
    Jérôme Chaumat, président de l’AOP bleu des causses et Benjamin Bergès, restaurateur ruthénois participant à l’opération séduction aux côtés des producteurs Laurence Bessière (Flavin) et Clément Chayrigues (Séverac). Repro CPA
Publié le , mis à jour

Le fromage d’appellation protégée au lait de vache et affiné dans des caves naturelles renforce sa campagne de communication cet été. Notamment en s’invitant dans les cuisines des restaurateurs.

Nul n’est prophète en son pays. À l’instar du rodez, bien plus célèbre dans les Pouilles italiennes que dans nos contrées rouergates, le bleu des causses souffre toujours d’un manque de notoriété. Nombreux imaginent encore ce fromage au lait de vache 100 % aveyronnais produit en Auvergne ou encore venu tout droit… d’écosse.

Pourtant, depuis plusieurs années, le bleu des causses, un des trois fromages aveyronnais bénéficiant d’une AOP (Appellation d’origine protégée), avec le roquefort et le laguiole, a décidé de prendre les taureaux par les cornes. Et de "reconquérir notre territoire", comme le répète à l’envi Jérôme Chaumat, président du label produisant 700 tonnes par an, à côté du géant roquefort et ses 16 000 tonnes.

Pour cela, le petit bleu aveyronnais a trouvé une méthode : investir les cuisines des restaurateurs aveyronnais. Jusqu’au 28 juillet, les producteurs de l’AOP – ils sont 45 privés au total, de Séverac-d’Aveyron à Bozouls en passant par le Lévezou –, feront découvrir le fromage à une soixantaine de cuisiniers du département. Déjà effectuée il y a trois ans, l’opération avait porté ses fruits. "Le bleu est un formidable exhausteur de goût et peut se faire à toutes les sauces ! Il est très accessible et moins fort que le roquefort par exemple", détaille Jérôme Chaumat, accompagné de deux éleveurs laitiers, Jérôme Chayrigues de Séverac-d’Aveyron et Laurence Bessière de Flavin.

Les restaurants… mais pas seulement

"On part vraiment de très loin mais le local revenant à la mode dans les assiettes, on se dit qu’on a également notre mot à dire. Il n’y a pas que des brebis et que du roquefort en Aveyron", sourit le boss de l’AOP, très heureux de voir que certains restaurateurs prestigieux, à l’image de la maison Bras, devraient adopter son produit d’ici peu.

En attendant de connaître les retombées de l’opération, le bleu des causses s’affichera encore sur les foires et les marchés aveyronnais cet été. Mais également sur les terrains de sport en étant sponsor du futur championnat de France des quilles de huit, à Magrin. Avec toujours la même ambition : se faire connaître. Encore et encore. Et trouver définitivement une bonne place dans tous les rayons fromagers…

En chiffres

4 bassins de consommateurs identifiés par l’AOP bleu des causses actuellement : l’Auvergne, le Sud-Est, Paris et l’Aveyron.
700 tonnes produites par an.
50 millions de litres de lait collectés annuellement.
70 jours d’affinage au minimum.
2 caves d’affinage : une à Peyrelade, dans les Gorges du Tarn, et une à Cornus.
7 à 8 litres de lait pour 1kg de fromage frais.
 

Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

249 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE - Studio dans maison individ[...]

369000 €

RARE à Rodez : Grande maison de ville sur une parcelle de 450 m2 avec prest[...]

330 €

LOCATION APPARTEMENT T1BIS RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE Une cuisine américaine[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?