Nutrition

Grossesse et obésité, un risque élevé de diabète pour l’enfant

  • Grossesse et obésité, un risque élevé de diabète pour l’enfant
    Grossesse et obésité, un risque élevé de diabète pour l’enfant
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Le surpoids et a fortiori l’obésité impactent la santé de la femme enceinte et de son enfant à naître. Pour ce dernier, le risque de le développer un diabète de type 2 est multiplié par 3,5 !

Le surpoids et l’obésité chez la femme enceinte les exposent à de nombreuses complications. Parmi celles-ci, la pré-éclampsie et le diabète gestationnel. La santé du bébé peut elle aussi être impactée. Pour évaluer le risque de diabète chez l’enfant à naître, l’équipe du Pr Rebecca Reynolds de l’Université d’Edimbourg (Ecosse) a mené un travail auprès de 118 201 enfants nés entre 1950 et 2011 via les dossiers de la maternité d’Aberdeen. Les chercheurs ont comparé les données de ces enfants et de leurs mères avec le registre national de diagnostic du diabète.

Un sur-risque de 250%

Les résultats révèlent une augmentation de 26% du risque de diabète de type 1 ou 2 chez l’enfant lorsque la mère est en surpoids. Et ce comparé à un enfant dont la mère présente un poids normal. En cas d’obésité, la hausse du risque atteint 83% !

Lorsque les scientifiques ont analysé ces données pour le diabète de type 2 uniquement, le constat s’est avéré encore plus néfaste pour l’enfant. Ainsi, le risque était augmenté de 40% lorsque les femmes sont en surpoids et de… 250% dans le cas des mères obèses ! Ce qui correspond à une multiplication du risque par 3,5.

« Le mécanisme d’action liant le surpoids de la mère et le diabète chez l’enfant est encore inconnu », soulignent les auteurs. Lesquels avancent toutefois plusieurs hypothèses comme un environnement in utero concentré en glucose ou des changements épigénétiques liés à un IMC élevé.

Les auteurs notent quoi qu’il en soit, une hausse importante de l’incidence du surpoids chez la femme enceinte en 50 ans. Ainsi, la proportion des mères obèses a été multipliée par 5 entre la décennie 1950-1959 et 2000-2011. Passant de 3% à 16%. Une raison supplémentaire de poursuivre ces travaux pour déterminer la cause de ce lien et mettre en place une prise en charge adéquate des femmes et des enfants concernés.

Destination Santé
Réagir