Les cloches de Notre-Dame de Rodez

Abonnés
  • L’impressionnant bourdon Saint-Pierre avec  ses 5 229 kg. L’impressionnant bourdon Saint-Pierre avec  ses 5 229 kg.
    L’impressionnant bourdon Saint-Pierre avec ses 5 229 kg. Crédit photos et remerciements : André Méravilles
  • Les cloches arrivèrent enfin, la veille de Noël 1843 comme un cadeau aux fidèles : « Dès qu’ils en furent avertis, les habitants coururent en foule à la rencontre du convoi exceptionnel lourd de douze tonnes de bronze (!), sur des chariots énormes, tirés par plusieurs paires de bœufs. » (Robert Taussat). Les cloches arrivèrent enfin, la veille de Noël 1843 comme un cadeau aux fidèles : « Dès qu’ils en furent avertis, les habitants coururent en foule à la rencontre du convoi exceptionnel lourd de douze tonnes de bronze (!), sur des chariots énormes, tirés par plusieurs paires de bœufs. » (Robert Taussat).
    Les cloches arrivèrent enfin, la veille de Noël 1843 comme un cadeau aux fidèles : « Dès qu’ils en furent avertis, les habitants coururent en foule à la rencontre du convoi exceptionnel lourd de douze tonnes de bronze (!), sur des chariots énormes, tirés par plusieurs paires de bœufs. » (Robert Taussat). Crédit photos et remerciements : André Méravilles
  • « Une seule cloche de l’époque des bâtisseurs du clocher de la cathédrale et fondue en 1523, demeure encore, immobilisée aujourd’hui dans le lanternon sommital. Elle est ornée de médaillons en relief dont une représentation de saint François d’Assise recevant les stigmates, auquel François d’Estaing était très attaché ». « Une seule cloche de l’époque des bâtisseurs du clocher de la cathédrale et fondue en 1523, demeure encore, immobilisée aujourd’hui dans le lanternon sommital. Elle est ornée de médaillons en relief dont une représentation de saint François d’Assise recevant les stigmates, auquel François d’Estaing était très attaché ».
    « Une seule cloche de l’époque des bâtisseurs du clocher de la cathédrale et fondue en 1523, demeure encore, immobilisée aujourd’hui dans le lanternon sommital. Elle est ornée de médaillons en relief dont une représentation de saint François d’Assise recevant les stigmates, auquel François d’Estaing était très attaché ». Crédit photos et remerciements : André Méravilles
Publié le , mis à jour

Onzième épisode de la saga patrimoniale consacrée à la cathédrale Notre-Dame. Ce samedi 13 juillet, à la découverte des cloches.

Au XVe siècle, il existait deux sonneurs de cloches ayant obligation d’habiter de jour comme de nuit à l’intérieur à la cathédrale, afin d’en assurer la sécurité face aux vols ou autres dégradations. Ils étaient également sollicités pour la préparation de certains offices, ainsi qu’à l’entretien du sanctuaire. Leur logement était situé au pied du clocher et ils pouvaient disposer du foyer d’une...

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

240 €

RODEZ-LES TERRASSES DU MIDI : Studio situé dans un quartier calme et réside[...]

408 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE- Appartement bon rapport qua[...]

335 €

Ce studio vous propose: Une entrée Un séjour avec coin kitchenette (2 plaqu[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?