Vins

Compeyre mûrit l’oenotourisme

  • Le Mas Daumas Gassac a annoncé en 2018 vouloir faire vieillir chaque année 500 bouteilles d’un même millésime.                                                  
    Le Mas Daumas Gassac a annoncé en 2018 vouloir faire vieillir chaque année 500 bouteilles d’un même millésime.                                                   V.G. - V.G.
Publié le / Modifié le S'abonner
Le développement d’un tourisme du vin s’affine dans le village, où des caves ont déjà été réhabilitées en ce sens.

Compeyre a du nez. Le village fortifié a trouvé une seconde jeunesse depuis l’an dernier, et la concrétisation du projet de réhabilitation de ses caves antiques. La commune abrite, on le rappelle, un patrimoine de plus de 200 cavités viticoles, bien aérées et rafraîchies par des fleurines. Elles ont assuré, dès le Moyen Âge, la prospérité du village et de son terroir.
Dans le sillage du viticulteur compeyrol Alain Montrozier (notre photo), lequel a porté à bout de bras ce projet de réhabilitation, Compeyre redonne vie à ses caves abandonnées avec le temps. Ce long cheminement s’était accéléré en 2016, avant d’aboutir l’an dernier à la livraison d’une douzaine de caves retapées, au profit de quinze vignerons occitans triés sur le volet. Certains ont entreposé des bouteilles depuis mai 2018. Aujourd’hui, ce sont une vingtaine de caves qui ont été rénovées, ou sont en passe de l’être, pour un montant total de 50 000 €.

Visites guidées de caves, musée, dégustations…

À terme, l’objectif de cette mise en valeur des cavités de Compeyre est de voir se créer un produit touristique autour de l’œnologie. Une démarche confirmée la semaine passée en conseil communautaire. Celui-ci a en effet voté le plan de financement (265 000 €, dont 79 500 € d’aides communautaires) validant le développement d’un tourisme du vin sur place, dans le cadre du dispositif Grand site Occitanie Millau-Roquefort-Sylvanès.
La communauté souhaite bien réaliser une mise en tourisme de ce patrimoine. Elle a à ce titre, mandaté un bureau d’études spécialisé afin de l’accompagner. Ce dernier a préconisé la mise en place d’un produit touristique guidé, permettant la découverte du patrimoine naturel et bâti du village, mais aussi des dégustations des vins entreposés dans les caves.
Un double enjeu est poursuivi à travers ce projet. Il est d’abord touristique et patrimonial, au regard de ce qui s’apparenterait à un circuit de visites avec vieillissement, dans un même lieu, de vins provenant de grands domaines viticoles régionaux. Un produit touristique unique en France. Il serait ensuite économique, via la structuration de la filière viticole de la vallée du Tarn. Sachant que la notoriété de l’AOC/AOP côtes de Millau s’en verrait aussi renforcée.

12 500 œnotourismes attendus chaque année

Au niveau architectural, des aménagements extérieurs sont à prévoir, afin de sécuriser les secteurs dangereux, d’aménager des espaces de stationnement et de repos, et de créer des sanitaires. Au niveau muséographique, une mise en tourisme de la salle voûtée, des caves et du presbytère est envisagée.
Le village de Compeyre s’en verra donc modifié, afin d’accueillir le public dans de bonnes conditions. La communauté de communes a pour objectif d’atteindre le chiffre de 12 500 œnotourismes par an à Compeyre, dont 3 400 réalisant la visite guidée.

Victor Guilloteau
Réagir