Culture et Loisirs

Cyclisme : ces Marmots qui roulent pour l’Aveyron

Abonnés
  • Alex (à gauche) et FX (à droite), deux amis d’enfance natifs de Saint-Geniez-d’Olt, sont tombés amoureux de la petite reine dès leur plus jeune âge.
    Alex (à gauche) et FX (à droite), deux amis d’enfance natifs de Saint-Geniez-d’Olt, sont tombés amoureux de la petite reine dès leur plus jeune âge. Repro CP / Repro CP
  • Repro CP / Repro CP
Publié le / Modifié le S'abonner

Autour de Maxime Poisson, ils sont deux, deux Aveyronnais à avoir cru dès le départ au potentiel de la marque et du territoire, "le sport idéal de la pratique du vélo gravel en France". Amis d’enfance, natifs de Saint-Geniez-d’Olt, ils ont usé plus jeunes, leurs mollets sur les routes de l’Aubrac, avant d’allier leur passion pour la petite reine au travail. Créateur d’une société d’ingénierie pour l’un, ou directeur de l’entreprise Mavic pour l’autre, ils perpétuent une longue tradition d’entraide et de solidarité autour d’un projet possiblement porteur pour leur département de cœur. Rencontre.

Alex Guiral, l’homme-orchestre

"Forcément, en vivant dans cette belle campagne, j’ai fait beaucoup de sport et forcément du vélo". Champion d’Aveyron de VTT à 13 ans, Alex Guiral a toujours gardé la tête dans le guidon. Et même si ses études l’ont éloigné de la compétition, c’est bien le vélo qui préside aujourd’hui à la destinée d’Antidote Solutions, société d’ingénierie qu’il a créé avec Fred Bernard en 2010. D’abord ingénieurs, chefs de produit et chefs de projets notamment pour de grandes marques françaises et européennes, les deux se sont spécialisées ensuite dans tout ce qui, de près ou de loin, touche au secteur de la mobilité douce. "Avec l’explosion du vélo électrique en France, on s’est spécialisé dans l’électrique qui s’est très vite imposé sur des véhicules tels que la trottinette, le triporteur… Des moyens de transport qui dépassent le seul cadre du vélo". Pas question pour autant de renier l’ADN de la petite société basée en Ariège. "On intervient aussi de façon transversale pour différents porteurs de projets, start-up, en les accompagnant des premières lignes du cahier des charges à la mise en œuvre du produit." C’est précisément ce qui a permis le rapprochement des deux Aveyronnais autour du projet "Wish One". "On en est très fiers. Une nouvelle marque de cycles portée par des Aveyronnais c’est plutôt pas mal !"

F.X. Blanc, le sport addict

Il en convient. C’est bien lui qui a mis en relation Maxime Poisson avec Alex Guiral, son ami d’enfance. "C’est sans doute le seul mérite que l’on peut m’accorder !" Modeste, François-Xavier Blanc, marmot affirmé, l’est moins quand il s’agit de chasser le podium. Ou plutôt les podiums, car avant de diriger Mavic, l’équipementier phare de l’industrie du cycle, ses 250 salariés pour 100 millions d’euros de chiffre d’affaires, le quadragénaire s’est "essayé" à autant de sports que son appétit lui permettait. À l’aise entre les piquets – il a tutoyé le gratin du ski mondial dans ses jeunes années – le diplômé de Sup de Co Clermont, a ensuite intégré l’équipe professionnelle Bianchi de cross-country, pendant deux années. "De fil en aiguille, je me suis rapproché de Mavic", dira l’ancien champion de France VTT Ufolep et champion Midi-Pyrénées dans la même discipline. Compétiteur hors pair, le brand director a ensuite transposé sa passion de la glisse sur la terre du rallye des Cardabelles où il s’est déjà adjugé deux manches du volant Peugeot… Espérant revenir l’an prochain "avec une plus grosse voiture pour jouer le scratch !" Un sport addict dans toute sa splendeur qui pour se détendre roule 10 000 km par an (!) sur son vélo avec une petite préférence pour les routes de l’Aubrac et de l’Aveyron en général. L’Aveyron dont il est toujours très attaché. "Au bureau, je soûle tout le monde avec ça mais j’assume pleinement", sourit lui qui de par sa proximité avec les organisateurs du Tour de France n’a pas hésité à faire le forcing pour voir débouler le peloton dans la cité Marmotte. "Il y a trois ans, j’ai présenté aux organiseurs du Tour un parcours que j’avais imaginé entre Laissac et le Puy en Velay. L’année d’après, ils m’ont fait ce plaisir !" Un plaisir sincère comme l’affection de chacun des deux pour ce territoire dont ils sont avec Maxime Poisson, de fervents ambassadeurs.

A.D.
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

71000 €

Cet appartement lumineux est exposé sud-ouest, il se trouve dans un secteur[...]

414 €

RODEZ : T1 Bis mansardé avec une déco contemporaine et prestations de quali[...]

241 €

TYPE 1 SITUE A 100M DE LA CATHEDRALE ET DU COEUR DE VILLE LOGEMENT A L'ENTR[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir