Rodez : des avancées "concrètes" pour le personnel de l’hôpital Jacques-Puel

  • Les militants de la CGT étaient devant l’hôpital, jeudi.
    Les militants de la CGT étaient devant l’hôpital, jeudi. Repro CP
Publié le , mis à jour

Une poignée de militants de la CGT, rejoints par des gilets jaunes ruthénois, se sont rassemblés devant l’hôpital Jacques-Puel, jeudi en fin d’après-midi. Cette action s’est répétée simultanément devant les établissements de Villefranche-de-Rouergue, Decazeville, Millau et Saint-Affrique.

Didier Pons, secrétaire général de la CGT Rodez, a dénoncé "les conditions de travail éprouvantes, intolérables, du personnel hospitalier à cause du manque de moyens".

Néanmoins des discussions "constructives" ont eu lieu entre les représentants syndicaux, responsables de services et du personnel et direction de l’hôpital. Elles se sont poursuivies hier avec des "mesures concrètes et écrites compatibles avec un meilleur fonctionnement des urgences à moyen et long terme ont été prises", selon le Dr Frank Becker, délégué régional de l’Amuf (Association des médecins urgentiste de France). Celui-ci tient d’ailleurs à saluer "la réactivité de la direction" de l’hôpital sur ces questions.

Ainsi, comme le réclamait le personnel hospitalier, la sécurité du service des urgences sera renforcée : des travaux sont prévus pour fermer l’accès extérieur de 22 heures à 6 heures du matin. Les travaux pourraient débuter début 2020. Aussi, un financement du matériel est inscrit dans les divers plans de financement : de nouveaux brancards et du mobilier sont prévus pour "permettre une attente dans de meilleures conditions", poursuit Frank Becker.

Pour diminuer ce temps d’attente, "un renfort infirmier quotidien de 10 heures à 22 heures et un aide-soignant de nuit" sont prévus. Puis, concrètement, l’établissement ruthénois recevra une enveloppe de 90 000 € provenant de l’Agence régionale de santé (ARS). Cette somme permettra "de maintenir ouvert un nombre suffisant de lits d’aval et accompagner le service des urgences", précise le délégué régional de l’Amuf. Enfin, l’hôpital Jacques-Puel va bénéficier d’une délégation de crédits de 57 400 € pour "financer la prime forfaitaire de risque pour les personnels non médicaux des urgences et du Smur à hauteur de 100 € nets mensuels", rajoute le Dr Becker. Cette mesure est entrée en vigueur au 1er juillet dernier. Le mouvement de grève pourrait être levé au niveau local. Le personnel hospitalier et en particulier celui des urgences continuera toutefois de soutenir le mouvement national.

Philippe Henry
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

370 €

Rodez, à proximité immédiate du centre-ville et à 5 minutes de l'IUT et de [...]

278 €

Venez découvrir ce studio lumineux situé à proximité de l'IUT et du lycée M[...]

235000 €

RODEZ , vous recherchez un apt singulier, bonne pioche !T6 triplex familial[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?