Justice

Rodez : trois mois de prison pour avoir violenté sa compagne et bousculé des policiers

Abonnés
  • Les faits ont été commis le 24 juillet, à Rodez.
    Les faits ont été commis le 24 juillet, à Rodez. Archives CP / Archives CP
Publié le / Modifié le S'abonner
Présenté ce mardi 30 juillet en comparution immédiate au tribunal de Rodez, un quadragénaire a été condamné à trois mois de prison ferme. Il était accusé d'avoir violenté sa compagne et les policiers intervenus pour mettre fin à la dispute.

Arrivés au domicile du couple, à Rodez mercredi 24 juillet, les policiers retrouvent le prévenu assoupi dans une corbeille à linge, cuvant son alcool. Sa compagne a prévenu une nouvelle fois les forces de l'ordre - près de quinze mains courantes ont été enregistrées en un an - car son compagnon s'était encore montré violent. 

Seulement, lorsque les policiers tentent de l'allonger sur le canapé, il se réveille et se débat violemment. Il bouscule alors sa femme. 

" Quand vous êtes alcoolisé, vous vous montrez agressif et violent ", résume la juge Sylvie Rouanne. 

" Je ne me souviens pas de tout, mais je ne conteste pas les faits ", glisse le prévenu qui explique également se rendre régulièrement chez son voisin avec qui il consomme de grandes quantités de whisky. 

" On se sent impuissant face à un tel dossier, concède la présidente de l'audience. Vos trois enfants sont placés à cause de vous. Si vous n'avez pas conscience de la situation, c'est problématique. " 

Et sa compagne " a tellement l'habitude d'être malmenée qu'elle n'avait pas noté qu'être bousculée, était de la violence ", poursuit la juge.

" Les faits de violence sont récurrents "

" La détention m'a fait réfléchir, assure le prévenu. Il est temps que je me prenne en charge ".

Si le quadragénaire reconnaît sans détour les faits, " cela n'excuse pas son comportement envers les forces de police, clame la représentante du ministère public, Fanny Moles. Et puis, il y a une sorte de déni et de banalisation de la violence domestique, chez vous. Depuis 2010, les faits de violence sont récurrents. " 

" Vos filles ont été retrouvées par les policiers, blotties l'une contre l'autre dans leur chambre. Elles sont victimes de ces violences même si elles ne reçoivent pas de coups. On ne peut pas vous aider autrement qu'en vous mettant en prison ", conclut la procureur avant de requérir 12 mois de prison, dont six avec sursis. Elle requiert également, entre autres, une interdiction d'entrer en contact avec sa compagne, une obligation de soins, une interdiction de fréquenter les débits de boissons, etc.

Son avocate explique que " son mal-être et l'alcool le poussent à commettre des infractions. Il en a conscience ". 

Le tribunal a condamné le quadragénaire à neuf mois de prison, dont six avec sursis. Les interdictions et obligations demandées par le parquet ont été confirmées par les juges.

 

Ph.H.
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

23500 €

A vendre, parking souterrain centre ville de Rodez au niveau du tribunal.[...]

510 €

A 2 minuntes du Centre Ville, dans une petite copropriété, appart T3 avec g[...]

150 €

SECTEUR LAYOULE PROCHE CENTRE VILLE CHAMBRE DE BONNE AVEC VUE DEGAGEE COMPO[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir