Santé

Cancers : en 2017, les enfants ont perdu 11 millions d’années en bonne santé

  • Cancers : en 2017, les enfants ont perdu 11 millions d’années en bonne santé
    Cancers : en 2017, les enfants ont perdu 11 millions d’années en bonne santé
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

A quel point le cancer de l’enfant et de l’adolescent impacte-t-il l’espérance de vie en bonne santé ? Selon des chercheurs américains, en 2017, un total de 11 millions d’années en bonne santé a été perdu à cause de cette maladie, à l’échelle de la population mondiale infantile.

Dans le monde, 416 500 nouveaux cas de cancers ont été diagnostiqués chez les enfants et les adolescents en 2017. La même année, un cumul de 11 millions d’années passées en bonne santé a été perdu dans cette même population. Des données obtenues par des chercheurs américains auprès de 195 pays.

« Cette étude est la première à analyser l’impact du cancer infantile sur l’espérance de vie, en termes d’années en mauvaise santé ou de décès prématuré », détaille le Dr Lisa Force, principale auteure de cette étude. Ce nombre vertigineux d’années perdues s’explique en partie par « des retards de diagnostic et un manque d’accès à la prise en charge ».

Voici les autres points mis en lumière par ce travail :

La leucémie est le cancer le plus répandu chez les jeunes. Viennent ensuite les cancers du cerveau et du système nerveux ;

Tous âges confondus, le cancer infantile est la 6e tumeur faisant le plus de dégâts dans le fléau du cancer, après celle du poumon, du foie, de l’estomac, du côlon et du sein chez l’adulte ;

Le taux de cancers chez les enfants et les adolescents est plus élevé en Chine, aux Etats-Unis, en Inde, en Indonésie, au Nigeria et au Pakistan ;

Les chances de survie sont bien plus minces chez les jeunes patients vivant dans des pays à revenu faible à modéré (35% à 40% à 5 ans), contre 80% rapporté dans les pays plus aisés. Au total, 90% des enfants  à risque de cancer vivent dans un pays pauvre ;

Reste que cette étude comporte quelques limites : « les bases de données indiquant l’incidence de ce fléau sont souvent mal remplies dans les pays pauvres ».

A noter : le paludisme est à l’origine de 37 millions d’années de vies perdues en bonne santé chez les enfants et les adolescents, 7,6 millions concernant la tuberculose.

Destination Santé
Réagir