Culture et Loisirs

L’Aubrac, sa faune, sa flore et son histoire

  • L’Aubrac, sa faune,  sa flore et son histoire
    L’Aubrac, sa faune, sa flore et son histoire
  • L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis.
    L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis. /
  • /
  • /
  • /
  • /
  • /
  • L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis.
    L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis. Photos Philippe Henry / Photos Philippe Henry
  • Photos Philippe Henry / Photos Philippe Henry
  • Photos Philippe Henry / Photos Philippe Henry
  • Photos Philippe Henry / Photos Philippe Henry
  • Photos Philippe Henry / Photos Philippe Henry
  • Photos Philippe Henry / Photos Philippe Henry
  • L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis.
    L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis. Jean-Louis Bories / Jean-Louis Bories
  • Jean-Louis Bories / Jean-Louis Bories
  • Jean-Louis Bories / Jean-Louis Bories
  • Jean-Louis Bories / Jean-Louis Bories
  • Jean-Louis Bories / Jean-Louis Bories
  • Jean-Louis Bories / Jean-Louis Bories
  • L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis.
    L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis. Photos A. T. / Photos A. T.
  • Photos A. T. / Photos A. T.
  • Photos A. T. / Photos A. T.
  • Photos A. T. / Photos A. T.
  • Photos A. T. / Photos A. T.
  • Photos A. T. / Photos A. T.
  • L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis.
    L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis. Photos A. T. / Photos A. T.
  • Photos A. T. / Photos A. T.
  • Photos A. T. / Photos A. T.
  • Photos A. T. / Photos A. T.
  • Photos A. T. / Photos A. T.
  • Photos A. T. / Photos A. T.
  • L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis.
    L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis.
  • L’Aubrac, sa faune,  sa flore et son histoire
    L’Aubrac, sa faune, sa flore et son histoire
  • L’Aubrac, sa faune,  sa flore et son histoire
    L’Aubrac, sa faune, sa flore et son histoire
  • L’Aubrac, sa faune,  sa flore et son histoire
    L’Aubrac, sa faune, sa flore et son histoire
  • L’Aubrac, sa faune,  sa flore et son histoire
    L’Aubrac, sa faune, sa flore et son histoire
  • L’Aubrac, sa faune,  sa flore et son histoire
    L’Aubrac, sa faune, sa flore et son histoire
  • L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis.
    L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis.
  • L’Aubrac, sa faune,  sa flore et son histoire
    L’Aubrac, sa faune, sa flore et son histoire
  • L’Aubrac, sa faune,  sa flore et son histoire
    L’Aubrac, sa faune, sa flore et son histoire
  • L’Aubrac, sa faune,  sa flore et son histoire
    L’Aubrac, sa faune, sa flore et son histoire
  • L’Aubrac, sa faune,  sa flore et son histoire
    L’Aubrac, sa faune, sa flore et son histoire
  • L’Aubrac, sa faune,  sa flore et son histoire
    L’Aubrac, sa faune, sa flore et son histoire
  • L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis.
    L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis. /
  • /
  • /
  • /
  • /
  • /
  • L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis.
    L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis. /
  • /
  • /
  • /
  • /
  • /
  • L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis.
    L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis. /
  • /
  • /
  • /
  • /
  • /
  • L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis.
    L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis. /
  • /
  • /
  • /
  • /
  • /
  • L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis.
    L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis. /
  • /
  • /
  • /
  • /
  • /
  • L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis.
    L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis. Repro CP / Repro CP
  • Repro CP / Repro CP
  • Repro CP / Repro CP
  • Repro CP / Repro CP
  • Repro CP / Repro CP
  • Repro CP / Repro CP
  • L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis.
    L’Aubrac est un lieu de passage des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui empruntent la Via Podiensis. Photos Philippe Henry / Photos Philippe Henry
  • L’Aubrac, sa faune,  sa flore et son histoire
    L’Aubrac, sa faune, sa flore et son histoire
  • L’Aubrac, sa faune,  sa flore et son histoire
    L’Aubrac, sa faune, sa flore et son histoire
  • L’Aubrac, sa faune,  sa flore et son histoire
    L’Aubrac, sa faune, sa flore et son histoire
  • L’Aubrac, sa faune,  sa flore et son histoire
    L’Aubrac, sa faune, sa flore et son histoire
Publié le / Modifié le S'abonner

Un écrin de faune et de flore à cheval sur trois territoires, l’Aveyron, le Cantal et la Lozère. L’Aubrac est également une terre d’histoire(s), façonnée par l’Homme, où l’élevage tient encore une grande place. Parcourir à vélo, ou à pied, ces plateaux volcaniques, ces denses forêts, permet d’ouvrir une parenthèse bienvenue.

Et si l’Aubrac se parcourait avant tout en dehors des sentiers battus ? Les balisages barrent le plus petit tronc d’arbres, le moindre poteau planté au milieu des paysages nus du Nord Aveyron. Et pourtant, il est possible de s’égarer, de découvrir et d’embrasser la diversité de l’Aubrac.

Par où commencer ? Un départ depuis la station du Bouyssou, à quelques kilomètres de Laguiole, permet de rayonner sur une partie du plateau. Pour cela, il suffit de suivre le tracé des pistes de ski de fond qui encerclent sur plusieurs kilomètres la station.

L’hiver, les pistes offrent une traversée de paysages sauvages et proposent une autre perspective : celle des vastes plateaux volcaniques enneigés, dégagés, épurés. L’été, la nature expose toutes ses couleurs, ses odeurs.

À vélo, les paysages filent : on passe d’une forêt dense, aux plateaux hauts et dégagés qui permettent d’avaler les kilomètres sans trop de difficulté.

L’élevage a façonné l’Aubrac. La race bovine éponyme a été sauvée de l’extinction dans les années soixante-dix par une poignée d’éleveurs qui refusaient de voir disparaître une espèce emblématique du lieu, et surtout liée à l’histoire du Nord Aveyron, du Cantal et de la Lozère. Comme le répète André Valadier, fondateur de la coopérative Jeune montagne et fer de lance de l’appellation d’origine protégée laguiole : " C’est une espèce particulièrement adaptée à son milieu, en adéquation avec les besoins des hommes qui y vivent". Posés sur ces plateaux volcaniques, les burons finissent de dessiner la carte postale de l’Aubrac.

Jusqu’à un millier de burons en activité

Ces cabanes de bergers, couvertes de lauzes ou d’ardoises, abritaient autrefois les éleveurs durant la période d’estive mais elles servaient également à fabriquer le cantal, le laguiole ou la fourme d’Aubrac, le saint-nectaire. Jusque dans les années cinquante, un millier de burons étaient encore en activité. Dans les années soixante, leur nombre a chuté jusqu’à une soixantaine.

Mais aujourd’hui, certains ont choisi de faire revivre cette tradition. L’été, une poignée de burons proposent des repas aux marcheurs. Cette initiation rencontre un vif succès.

L’Aubrac ne se résume pas qu’aux plateaux pelés, ses vaches et ses burons. Certains chemins mènent aux forêts domaniales. Six cents hectares de bois, situés entre 1 000 et 1 400 mètres, offrent un refuge bienvenu après la traversée de cette contrée désertique.

Ces forêts surplombent les vallées du Lot et de la Boralde. Elles abritent une faune et une flore variées, à la jonction de trois régions. Ces bois sont le vestige de la forêt primitive qui couvrait au Moyen Âge le plateau de l’Aubrac.

Longtemps absents de la région, les cerfs ont été réintroduits en 1958. Pendant la période de reproduction des animaux, du 15 septembre au 15 octobre, des secteurs entiers sont interdits d’accès pour préserver la tranquillité des animaux.

L’ONF (Office national des forêts) a aménagé plusieurs sites d’observation des animaux (chevreuils, sangliers, rapaces, etc.). Les éléments et les hommes ont façonné ces espaces.

Des traces du passé ressurgissent par endroits. Non loin de la montagne des Enguilhens et de son plateau dégagé, une grotte enfoncée dans la forêt a abrité des maquisards.

Constitué essentiellement par des réfractaires au STO, à partir de 1943, le maquis Roland a été très actif : récupération de colis parachutés, diverses opérations… De violents combats ont aussi opposé les maquisards avec les troupes allemandes.

Au sortir de la forêt, quelques marcheurs croisés sur les chemins de randonnée, nous ramènent à la réalité du moment. Les nombreux chemins, dont certains plus fréquenté que d’autres en particulier la Via Podiensis (lire ci-contre), mène bien souvent à une route. Une route qui conduit à une ville ou un village. Parcouru sur un vélo tout-terrain, l’Aubrac offre plusieurs visages à qui sait les voir et puiser dans la force de ses mollets.

La Via Podiensis

Du Puy-en-Velay jusqu’au village basque d’Ostabat, la Via Podiensis (GR65) est l’une des quatre routes qui mène à Saint-Jacques-de-Compostelle. Les pèlerins qui empruntent cette voie font une longue étape en Aveyron et en Aubrac. Parfois, au croisement de chemins, une coquille rappelle aux randonneurs la symbolique de cet axe. La Dômerie de l’Aubrac, ancien monastère, marque l’entrée en Aveyron pour les marcheurs de Saint-Jacques.

La Via Podiensis se poursuit en direction de Saint-Chély-d’Aubrac puis de Saint-Côme-d’Olt pour rejoindre Espalion, Estaing et Golinhac, Conques et l’abbaye de Sainte-Foy. Le GR 65 quitte l’Aveyron après Noailhac et Decazeville. Il reste l’un des itinéraires le plus fréquenté pour rejoindre la Galice et Saint-Jacques-de-Compostelle.

Philippe Henry
Voir les commentaires
Réagir