Pétanque

Espalion : étape majeure sur le chemin du pèlerin pétanqueur

  • Pèlerins et pétanqueurs se croisent à Espalion ces jours-ci.
    Pèlerins et pétanqueurs se croisent à Espalion ces jours-ci. Ph. R. / Ph. R.
  • Un National à l'ombre des platanes
    Un National à l'ombre des platanes Ph. R. / Ph. R.
Publié le / Modifié le S'abonner
De vendredi à lundi, le huitième international de pétanque d'Espalion affiche complet et réunit quasiment tous les meilleurs joueurs français. 

En ce vendredi matin, jour de marché, les ruelles du centre d’Espalion sont bondées. À la terrasse d’un café bordant le boulevard Joseph-Poulenc, un homme mime l’inclinaison d’une pente avec sa main. Un pèlerin de Saint-Jacques qui raconte son étape ? Non. « On jouait sur un terrain penché comme ça, les boules partaient dans le champ ». Ses amis rigolent. À leurs pieds, des boules de pétanque... Le style de scènes auxquelles il faut s’attendre à Espalion durant ces quatre jours. Des conversations interminables autour de parties de pétanque qui finissent par devenir mythiques elles aussi.
Le huitième international de pétanque a en effet pris ses aises au foirail. Ca se voit et ça s'entend !
Car en quelques années, Espalion s’est installée dans le carré d’honneur des grands rendez-vous du pétanqueur. Jusqu’à lundi, près de 5 000 personnes vont arpenter tous les jours ce foirail duquel la vue sur le Pont-Vieux, classé à l’Unseco, et le Vieux-Palais est imprenable. Avec sous les platanes, à l’ombre généreuse, point de cigales mais des boules qui s’entrechoquent. Le cadre de ce concours est exceptionnel. Il ne saurait toutefois expliquer à lui seul ce succès construit au fil des ans.

"Une super organisation"

« Il y a surtout une super organisation. Avec des gens qui tiennent très bien les graphiques. Sans fausses notes. Il y a aussi une très belle équipe de bénévoles, je suis impressionné ». Celui qui analyse la chose sait de quoi il retourne. Il fut une des chevilles ouvrières de feu le mondial de pétanque de Millau. Autrefois la Mecque du pétanqueur à l’approche du 15 août, qui voyait défiler des milliers de joueurs.
C’est d’ailleurs au temps de la splendeur de Millau et alors que Rodez proposait un National des plus séduisants sous la férule de Jean Trébosc, qu’Espalion a vu fleurir un National de pétanque, sous la houlette de Robert Costes. Intercalé entre Rodez et Millau, le National d’Espalion créait ce que les pétanqueurs appelaient la semaine aveyronnaise. C’était en 2004.
Depuis Rodez a disparu des calendriers, Millau a explosé, et Espalion, elle, s’est embellie.
Au point d’accueillir aujourd’hui le gratin de la pétanque française et quelques-uns des meilleurs étrangers (15 nationalités sont représentées cette année). Champions du monde, champions de France, et autres noms mythiques tels que Quintais, Suchaud, Fazzino, Foyot ont l’étape d’Espalion inscrite en rouge sur leur calendrier.
Idéalement calé autour du premier week-end d’août, l’International d’Espalion est classé aujourd’hui parmi les concours les plus prisés de l’Hexagone.

"Mon téléphone est rouge"

« Mon téléphone est rouge. Il n’arrête pas de sonner. Si l’on voulait, on pourrait organiser un concours triplettes à 1024 équipes », glisse Robert Costes, entre deux sollicitations. Le président de l’organisation est au four et au moulin. Il sait aussi qu’il peut s’appuyer sur les 90 bénévoles qui œuvrent avant, pendant et après. Mais il a choisi la qualité à la quantité. Tant pis si depuis un mois et demi, la liste d’attente ne cesse de grossir pour les concours en triplette et en doublette. « Le charme d’Espalion, c’est que quasiment tout se concentre sur un même lieu » glisse un autre joueur. « Il ne faut pas qu’Espalion grossisse. Il a une organisation impeccable, un cadre super, c’est ce qui compte », relate Marc, représentant de la marque Obut, et qui écume les terrains de France et de Navarre. C’est le sentiment général qui prédomine dans cette ville de 4 500 habitants.

Un accueil soigné

Soigner l’accueil sur le foirail est une des priorités du « président ». Cadres d’honneur impeccable, allées du foirail éclairées, carré « vip » pour les stars et les partenaires, le tout à quelques mètres du centre-ville : Espalion, « Premier sourire du midi » séduit.

Dès 2004 d’ailleurs, les champions d’alors, découvrant Espalion, promettaient le meilleur à ce concours. La première année avait pourtant été marquée par une météo désastreuse. Sur 180 équipes espérées pour ce premier National, 150 avaient concouru. Mais pas de quoi doucher l’enthousiasme des organisateurs…
Vendredi matin, plus de 130 triplettes ont participé au concours réservé aux Aveyronnais, inaugurant ainsi l’International. Jusqu’à lundi, des parties promettant le meilleur attendent les joueurs et le public, d’autant que l’édition 2019 s’annonce du meilleur cru.

C’est une des compétitions les plus relevées de France qui se joue là ! De quoi alimenter ces interminables conversations sur les parties de pétanque.Entre boules qui terminent leurs courses dans le Lot ou qui déclenchent des tonnerres d’applaudissements, Espalion est sans conteste aujourd’hui une des plus belles étapes du pèlerin pétanqueur.
 

Philippe Routhe
Voir les commentaires
L'immobilier à Espalion

115000 €

EXCEPTIONNEL Centre-ville d'Espalion, sur le boulevard principal.Très bel a[...]

350000 €

Pas d'information[...]

350000 €

Dans le centre ville d'espalion, bel immeuble en pierre, traversant, compre[...]

Toutes les annonces immobilières de Espalion
Réagir