Sociéte

Août devrait compenser un bien timide mois de juillet

Abonnés
  • Le maire Serge Roques et Gabriel Fablet, de l’office de tourisme.
    Le maire Serge Roques et Gabriel Fablet, de l’office de tourisme.
Publié le / Modifié le S'abonner

La fréquentation touristique en bastide accuse 10 % de baisse, mais rien d’étonnant ou d’inquiétant pour les acteurs du tourisme local.

Première prise de température concernant le tourisme dans la bastide de Villefranche-de-Rouergue, bien que le maire Serge Roques et le nouveau responsable de l’office, Gabriel Fablet, aient répété à plusieurs reprises que "la photographie est imparfaite, qu’il faut rester prudent et que juillet n’est pas représentatif".

Ce premier mois d’été fait tout de même apparaître une diminution de la fréquentation touristique "comme sur le territoire national à l’exception de la Bretagne et de la Normandie qui ont tiré leur épingle du jeu en raison des épisodes caniculaires", lance le maire. On note précisément 10 % de fréquentation en moins au guichet et sur les sites. Mais les absents de juillet devraient faire leur apparition en septembre et octobre. "Des mois qui ont tendance à grimper, peut-être en raison du réchauffement climatique", suggère Serge Roques qui se veut résolument optimiste en indiquant que l’avant saison (avril, mai et juin) compense "largement et même au-delà" cette perte juillettiste. Donc tout va bien dans le meilleur des mondes, d’autant plus qu’on nous annonce qu’août est LE mois de vacances par excellence.

En août pas de jours de classe, d’examens, de Parcoursup, de recherche de logements pour des enfants qui deviennent étudiants. Mais qui sont donc ces vacanciers aoûtiens tellement espérés. Dans l’ordre, des Français, d’Occitanie mais aussi de la Paca et de Paris, des Anglais, des Belges et des Hollandais. Mais voilà que surgissent de derrière la muleta nos voisins ibériques. Les Espagnols reviennent en force. C’est la tendance 2019.

Le maire et le directeur opérationnel ont surtout insisté sur les cinq défis prioritaires de l’office du tourisme ouest Aveyron. Tout d’abord, l’excellence de l’accueil, car de ce premier contact dépend souvent la suite. On note d’ailleurs un changement à l’intérieur de l’office où une part belle est laissée à la boutique de souvenirs qui devrait devenir également vitrine du savoir-faire local. Rappelons aussi que, pourtant bien installé depuis des lustres sur la promenade du Guiraudet, le président de la communauté de communes Serge Roques a d’ores et déjà annoncé son déménagement vers le cœur de ville courant 2019 afin d’y attirer les nouveaux entrants et redynamiser le commerce. Le deuxième défi concerne l’attractivité du territoire. "C’est un travail de longue haleine", confie le maire, qui se félicite du succès du vidéo mapping. Le spectacle est passé de trois soirées l’an dernier à quinze cette année. Il envisagerait qu’il soit aussi projeté à d’autres saisons comme à Noël par exemple.

Itinérance douce

Troisième axe en direction des partenaires sans lesquels rien ne se fait. Il s’agit de les associer à la stratégie, de mesurer leurs besoins et de répondre à leurs attentes. Le comité consultatif créé en juillet se réunira pour la première fois en septembre prochain avant un séminaire prévu pour le 7 octobre. "Leur parole est importante. L’office de tourisme doit être un outil à leur disposition". En quatrième position, la commercialisation des séjours tant pour les groupes que pour les individuels. "Les séjours en itinérance douce sont en demande croissante. Il faut donc doper ces activités", annonce Gabriel Fablet, le directeur opérationnel. Enfin, dernier défi et non des moindres, la mise en réseau de la billetterie avec par exemple un axe de partenariat avec Saint-Antonin-Noble-Val car "les visiteurs se fichent des frontières administratives". Et en ces temps où le défi environnemental est de ne pas prendre l’avion le maire prône la reprise du tronçon historique du chemin de Saint-Jacques qui passe à Villefranche et permettrait ainsi de garder les pèlerins cinq jours de plus en Aveyron. Et pourquoi pas ressusciter le train Najac-Amsterdam ? En attendant l’aire de camping-car sera installée au camping qui compte moins de tentes. "Les travaux démarreront en octobre", reprend le maire qui veut insuffler "une dynamique profonde de changement".

GDM
L'immobilier à Villefranche-De-Rouergue

96300 €

Dans résidence récente sur tour de ville , situé au 3° étage , T2 de 46m² c[...]

400 €

Place Saint Jean, T2 duplex au 2° étage de 47.35 m² avec séjour et cuisine[...]

55000 €

Dans quartier pavillonaire au calme, terrain plat de 1233m² constructible. [...]

Toutes les annonces immobilières de Villefranche-De-Rouergue
Réagir