Justice

Millau : le pyromane présumé placé en détention provisoire

Abonnés
  • Repro CP / Repro CP
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
L’incendiaire présumé sera jugé le 9 septembre, à 14 heures. Il est accusé d’avoir déclenché au moins six incendies en centre-ville de Millau dimanche 4 août.
 

Un visage juvénile, une silhouette fluette s’avance dans le box des prévenus, escorté par les gendarmes.
L’incendiaire présumé de Millau âgé de 18 ans - prévenu d’être à l’origine de six départs de feu dans le centre-ville de Millau dimanche 4 août, il en a reconnu cinq - était présenté hier après-midi en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Rodez.
Son avocat, Me Cédric Galandrin, a demandé un renvoi pour préparer sa défense. L’audience a été ajournée au 9 septembre prochain, à 14 heures. En attendant, l’incendiaire présumé a été placé en détention à la maison d’arrêt de Druelle. Si le fond du dossier n’a pas été traité, la personnalité du prévenu a été, en revanche, longuement abordée.
Son casier judiciaire est vierge, mais il n’est pour autant pas inconnu des services de police. Consommateur régulier de stupéfiants (cannabis, amphétamines, cocaïne, notamment), aujourd’hui sans emploi il a pourtant occupé des emplois par intérim.
À l’invitation de la présidente de l’audience, le père du prévenu s’est exprimé avec émotion sur les faits. « J’ai appelé (certaines victimes des incendies, NDLR) pour m’excuser. Je vais devoir faire un emprunt pour rembourser les dégâts », a-t-il expliqué. « On a tout essayé avec lui, a-t-il confié. J’ai essayé de lui trouver un travail, etc. Mais il a un problème avec la drogue. Il est dans un engrenage. Il a pulvérisé toute la famille » depuis les faits. Après les paroles de son père, le prévenu a glissé : « Si je n’avais pas été sous l’influence de la drogue, je n’aurais jamais fait cela. Je regrette vraiment ce que j’ai fait. » La représentante du ministère public, Fanny Moles, a estimé que « les garanties de représentation étaient nulles et que les faits pouvaient se reproduire » si le prévenu consommait à nouveau des stupéfiants.
De son côté, Me Galandrin a rappelé que son client « a tout intérêt à quitter Millau et l’Aveyron ». « Il n’y a pas de logique dans les incendies déclenchés, il ne connaissait pas les victimes », a-t-il expliqué. Difficile également de trouver une explication à son geste, si ce n’est « un cocktail d’alcool et de drogues ». « Nous avons demandé un délai pour préparer un solide projet lorsqu’il retrouvera sa liberté », conclut-il.
 

Philippe Henry
L'immobilier à Rodez

685 €

Rodez : Très belle maison à la décoration moderne et soignée de type 4/5 de[...]

16770 €

A saisir Terrain constructible de 306 m², 324 m², 387 m² à 45 euros/m² dans[...]

189000 €

Magnifique appartement de Type 4 situé dans le quartier très recherché de l[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir