Football : les coups de pied arrêtés, la botte secrète des Ruthénois ?

Abonnés
  • La tête de Pierre Bardy à la suite d’un corner de Pierre Ruffaut a fait la différence.
    La tête de Pierre Bardy à la suite d’un corner de Pierre Ruffaut a fait la différence. Photos J-L.Bories
Publié le , mis à jour

Fébrile contre le Paris FC, Rodez s’est remis dans le sens de la marche grâce à une de ses armes favorites : les coups de pied arrêtés. Une force qui avait fait le succès de la formation sang et or en National et qu’elle compte utiliser à bon escient à l’échelon supérieur.

Les saisons se suivent et les effets de la potion magique ne s’estompent pas à Rodez. Invaincue à l’issue de la troisième journée de Ligue 2, la formation sang et or le doit beaucoup à son abnégation mais aussi à un ingrédient qui lui a permis d’accéder à la deuxième division l’an passé : les coups de pied arrêtés. Phase de jeu essentielle dans le football moderne, elle constitue la marque de...

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Centre Presse
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?