Culture et Loisirs

À Nigresserre, on manie la faux comme au temps jadis

Abonnés
  • Les faucheurs ont fait preuved’une grande dextérité.
    Les faucheurs ont fait preuved’une grande dextérité.
Publié le / Modifié le S'abonner

L’association l’Elan de l’Hospital présidée par Guy Ladoux organise chaque année un concours de fauchage à la faux, l’occasion le temps d’une journée de faire "replonger" le village dans le temps jadis.

Cette année, seize faucheurs s’étaient donné rendez-vous sur le pré, faux en main, pour se mesurer. Encouragés par le public, les faucheurs ont mis tout leur cœur à l’ouvrage sous un soleil ardent pour mener à bien leur mission. En fin de rang (10 m de longueur), les juges notaient les candidats en fonction de plusieurs critères. Tenue du rang, qualité de la coupe, largeur du rang et temps étaient pris en compte, permettant de départager les concurrents. Après délibération, le jury déclarait Michel Auriel vainqueur (111 points) devant Louis Venzat (110), Alexandre Dumas (109) et André Chassang (94). La seule concurrente féminine, Sophie Ladoux est à féliciter pour sa bonne performance.

En parallèle, les visiteurs pouvaient assister à la cuisson du pain au four à bois du village et repartir avec une tourte bien croustillante. À midi, un repas champêtre préparé par la maison Raulhac-Bélard clôturait cette matinée.

Les organisateurs remercient les généreux donateurs qui ont fourni de très beaux lots.

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
Réagir