Transition écologique

Rullac-Saint-Cirq : la secrétaire d'Etat, Emmanuelle Wargon, ouvre le débat sur les énergies renouvelables

  • Emmanuelle Wargon a répondu à tous les intervenants. Sans langue de bois.
    Emmanuelle Wargon a répondu à tous les intervenants. Sans langue de bois. J.B. / J.B.
  • Un enfant de la commune a offert un livre sur les paysages de l'Aveyron à la secrétaire d'Etat.
    Un enfant de la commune a offert un livre sur les paysages de l'Aveyron à la secrétaire d'Etat. J.B. / J.B.
Publié le / Modifié le S'abonner
La secrétaire d'Etat à la Transition écologique a participé, ce mardi matin
27 août, à Rullac-Saint-Cirq, à un débat sur les énergies renouvelables. En présence notamment des représentants d'associations qui s'opposent au tout éolien. 

Après une première journée de lundi, qu'Emmanuelle Wargon a partagé entre les berges du Lézert, un affluent du Viaur de la région du ségala, et les bureaux de la préfecture ruthénoise, la secrétaire d'Etat a poursuivi son périple aveyronnais, ce mardi matin, à Rullac-Saint-Cirq, au "cœur de la ruralité", où elle a participé à un débat citoyen sur les énergies éoliennes. Un exercice toujours délicat dont la représentante du gouvernement s'est acquittée avec une certaine aisance. "On a besoin de débattre car il est très important de ne pas fabriquer à Paris des politiques déconnectées de la réalité. Il faut être capable d'avoir une vraie discussion sur des sujets qui provoquent des contradictions", a-t-elle prévenu en guise de préambule. Et le débat fut particulièrement nourri par les nombreux intervenants. Un débat riche, intéressant, souvent pertinent. Et comme l'on pouvait s'y attendre, le ton est parfois monté, notamment lorsque le conseiller départemental, Régis Cailhol, a vertement critiqué "les méthodes de voyous" de certains promoteurs d'éolien. Ou bien encore quand, Bernard Gauvain, le porte-parole de l'association de Salles-la-Source "Ranimons la cascade" s'est invité dans le débat pour dénoncer "l'opacité et la fraude qui règnent autour de ce dossier" et fustiger l'attitude de "la préfète de l'Aveyron qui a toujours refusé de nous recevoir." Bref, on s'est dit les choses...

Cette cascade qui fait toujours des vagues

Directement interpellée, devant la secrétaire d'Etat, par le porte-parole du collectif "Ranimons la cascade", la préfète de l'Aveyron Catherine de la Robertie tient à apporter la précision suivante, sur ce dossier qui fait des vagues et continue à faire des vagues depuis des années. "J'ai pris un arrêté pour qu'on puisse stopper cette microcentrale qui aurait dû être arrêtée depuis longtemps, explique la représentante de l'Etat. L'exploitant a porté l'affaire au tribunal administratif de Toulouse et contre toute attente nous avons été déboutés. On a fait appel, le ministère m'a suivi, et on attend le résultat. 7 à 8 actions judiciaires sont en cours. Je ne les ai pas reçus personnellement mais ils sont régulièrement reçus en préfecture."   

 

 

J.BORN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à Rullac-Saint-Cirq

69000 €

Charme et authenticité sont les mots qui nous viennent pour décrire cette p[...]

Toutes les annonces immobilières de Rullac-Saint-Cirq
Réagir