Rentrée scolaire

Rodez : le SNUipp dénonce la « désorganisation de l’éducation »

  • Le bureau départemental du SNUipp
    Le bureau départemental du SNUipp S.O. / / S.O.
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Le syndicat du premier et deuxième degré a fait sa rentrée jeudi 5 septembre à Rodez. 

Le syndicat du premier et deuxième degré a fait sa rentrée et livré son analyse de la situation sur le département. S’il acte de « l’effort fait » pour les classes uniques en Aveyron, il se dit « préoccupé » par deux classes uniques à Montézic et à la Cresse, où « les nombreux niveaux risquent de dégrader, à la fois les conditions de travail des professeurs et des élèves », explique les porte-parole.

Le Snuipp a profité de la rentrée pour faire un point sur l’actualité nationale concernant à la fois le baccalauréat et sa réforme, l’évaluation nationale dans le premier degré et la scolarisation obligatoire des enfants à partir de 3 ans.
Là pour le coup, la rentrée n’est pas sereine du tout pour le syndicat.

Les responsables syndicaux se félicitent du retrait de l’article concernant l’établissement public des savoirs fondamentaux, dans le cadre de la loi dite « l’école de la confiance », ou loi Blanquer. « On regrette ne pas avoir pu abroger la loi dans sa globalité, mais c’est déjà bien d’avoir fait retirer cet article, avec l’appui de nos élus au Sénat et des parents d’élèves. C’est déjà une grosse victoire », précise Antoine Cantais, co-secrétaire départemental du Snuipp-FSU.

Le syndicat a également largement vilipendé la réforme du bac qui, selon Sylvain Lagarde, « défavorise les familles qui ne savent pas naviguer dans le système éducatif ou les élèves qui vont se fermer des options et donc des possibilités d’étude ». L’évaluation nationale des primaires est également pointée du doigt par le Snuipp-FSU.

« Cette évaluation n’a aucun sens pour nous. Elle est chrono phase et angoisse les enfants », ajoute Stéphanie Massol, co-secrétaire départementale. Enfin, la prise en charge des enfants, à partir de 3 ans, ne devrait pas avoir d’impacts, si « ce n’est un financement du secteur privé, qui jusque-là, n’en bénéficiait pas ».

En conclusion, de la maternelle au lycée, tout est fait, selon le Snuipp-FSU pour désorganiser le système scolaire et l’amener « vers une privatisation à long terme et à la construction d’une élite au détriment des classes défavorisés ».

 

S.O.
L'immobilier à Rodez

356 €

A 10 min du centre ville dans le quartier de Gourgan, venez découvrir ce T2[...]

14000 €

RODEZ - Quartier IUFM - Garage d'environ 12 m²Situé à quelques minutes à pi[...]

123500 €

Appartement de type 3 situé dans un quartier en plein essor : Le quartier d[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir