Economie

Grève des conducteurs de bus : une "belle pagaille" ce lundi matin

  • Sur les quelque 200 conducteurs de bus du département, 127 étaient mobilisés lundi matinaujourd'hui.
    Sur les quelque 200 conducteurs de bus du département, 127 étaient mobilisés lundi matinaujourd'hui. /
  • Sur les quelque 200 conducteurs de bus du département, 127 étaient mobilisés ce matin.
    Sur les quelque 200 conducteurs de bus du département, 127 étaient mobilisés ce matin. /
Publié le / Modifié le S'abonner
En raison d'un mouvement de grève du Collectif des conducteurs de bus aveyronnais, d'importantes perturbations ont eu lieu sur les réseaux interurbain et régional ce matin du fait de blocages aux gares routières de La Mouline et Rodez. Les grévistes veulent attirer l'attention sur leurs conditions de travail.

"C'est vrai qu'on a mis une belle pagaille". Aux côtés d'une cinquantaine de collègues, Philippe Magne, délégué syndical FO à Ruban bleu, est mobilisé depuis 6h30 ce lundi matin à la gare routière de La Mouline. Equipés de drapeaux et pancartes, ils ont fortement ralenti le départ des bus interurbains et régionaux, comme l'ont fait leurs collègues à la gare routière de Rodez. 

"Sur les quelque 200 conducteurs de bus du département, 127sont mobilisés aujourd'hui. Cela nous a pris un an pour nous fédérer dans ce collectif, explique le syndicaliste. Toutes les lignes de bus scolaires sont concernées, au même titre que l'activité tourisme".

Plusieurs facteurs expliquent le mécontentement des chauffeurs: "On est mal payé, on a des amplitudes horaires de dingue, parfois des journées d'attente payées à 2,5 € de l'heure, le recrutement est compliqué... Cette journée, nous l'avons baptisée Coup de semonce. Le but est de faire bouger en notre faveur la convention collective nationale".

Chauchard, Verdié, Rubal bleu, Gauchy, Millau cars, Landès... la majorité des transporteurs ont été impactés par ce mouvement. Chaque jour, dans le département, 11000 écoliers, collégiens et lycéens sont acheminés par des bus jusqu'à leurs établissements. Le mouvement prendra fin ce soir à 20 heures et devrait de ce fait vraisemblablement impacter les trajets de la fin d'après-midi, au départ des établissements scolaires;

Une rencontre doit désormais avoir lieu entre salariés et patrons le 24 septembre.

 

X.B.
Réagir