Journées du Patrimoine

Aveyron : ces lieux et monuments à sauver de l'oubli

Abonnés
  • / /
  • Un patrimoine à protéger.
    Un patrimoine à protéger. / /
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Les Journées européennes du patrimoine sont l’occasion de faire le point sur tous les projets portés par des associations et des collectivités territoriales, soucieuses de la sauvegarde du patrimoine et ayant fait appel à la Fondation du Patrimoine pour collecter les contributions des donateurs qui puisent leur passion dans leurs souvenirs. Voici les projets lancés en 2019. Cet inventaire est limité au regard des centaines d’associations d’amateurs et de collectivités, qui œuvrent chaque jour pour conserver la mémoire des lieux et l’histoire des générations qui nous ont précédées sur cette belle terre aveyronnaise.
 


Montjaux. L’église Saint-Martin d’Ayguebonne

L’église Saint Martin d’Ayguebonne date du premier âge roman (fin XI°- début XII°s.). À partir des XII°-XIII° siècles, le regroupement de la population au pied du château dominant Montjaux et aux alentours du prieuré de la Chaise-Dieu (phénomène d’encastellamento) provoque la désaffection de Saint Martin, attribué en 1482 aux chanoines de Salles Curan par l’évêque de Rodez. Les guerres de Religion particulièrement acharnées dans la région amènent détériorations et effondrement de la toiture. Aujourd’hui, des travaux de consolidation et d’entretien sont urgents afin d’éviter l’aggravation des dégradations.
 

- -

St-Félix-de-Sorgues. Le hameau de Saint-Caprazy

L’origine de l’installation de la famille des seigneurs de Saint-Caprazy est inconnue mais il ne fait nul doute qu’elle est primitive à la constitution de la commanderie de Saint-Félix de Sorgues. La première mention apparaît dans un acte de 1126. Du château il ne reste qu’une tour massive en pierres de taille, aujourd’hui accouplée à la maison d’habitation principale du hameau. Abandonné depuis plusieurs décennies, le terrain couvert de végétation ne permettait de voir qu’une habitation privée de tout confort. L’association « les Amis de Saint-Caprazy » a pour objectif la sauvegarde de ce patrimoine révélé tout en favorisant la connaissance du lieu.
 

- -

Millau. Le carillon de l’église Sacré-Cœur

Plus grande église de la ville, le Sacré-Cœur est l’un des édifices aveyronnais les plus représentatifs de l’architecture religieuse de la fin du XIXème siècle, de style néo-byzantin. Inauguré en 1892, ce monument s’est doté en 1926 d’un carillon. Il comporte 2 tours-clochers de 36 mètres de hauteur et le carillon se compose de 21 cloches d’un poids total de 15 tonnes. L’objectif est de remettre en fonction l’ensemble de l’installation du carillon, dans un cadre cultuel ainsi que culturel, des concerts de carillonneurs étant notamment envisagés.
 

- -

Mouret. La pietà de l’église de Mousset

Au sein de la commune de Mouret, l’église de Mousset abrite une précieuse Pietà, datée de la fin du XVe - début du XVIe siècle. Cet objet mobilier a été découvert en 1998, derrière la boiserie de l’autel dédié à Sainte Apolline. Après une récente opération d’anoxie (mise hors oxygène à une température contrôlée) longue et complexe, une restauration complémentaire s’avère aujourd’hui indispensable sur cette Pietà. En effet, l’intérieur de la statue s’est transformé en poussière de bois, la jambe du Christ s’est, sans la moindre pression, désolidarisée de l’ensemble.
 

- -

Campagnac. L’église Sainte-Foy

Campagnac est riche d’un patrimoine varié : belles demeures du XVIIIe siècle, église romane des XIe et XIIe siècles, fontaine et four à pain, ainsi qu’une deuxième église néo-gothique du XIXe siècle. Dédiée à Sainte-Foy, cette église est édifiée en calcaire des Clapouses entre 1895 et 1899 sur les plans d’Henry Pons, architecte départemental de l’Aveyron, également à l’origine de l’église du Sacré-Cœur de Millau. Elle remplace un édifice plus ancien démoli en 1895. L’église a urgemment besoin d’une restauration, afin de conserver les parements extérieurs du clocher et de la façade occidentale, ainsi que le tympan sculpté du portail.

 

- -

Saujac. Fontaines et lavoir

Saujac est riche d’un petit patrimoine rural composé de fontaines, lavoirs et cazelles de berger, dont certains menacent malheureusement de tomber en ruine. Parmi ces édifices, trois sont particulièrement emblématiques et sont également localisés sur le tracé de chemins de randonnées sillonnant le territoire communal : les fontaines d’Estrabols et du Lac, ainsi que le lavoir de Fontanilles. De nos jours, ce précieux patrimoine de proximité nécessite une opération de restauration puis de valorisation. Ces trois éléments témoignent chacun de l’importance de l’eau, rare sur le causse, mais pourtant indispensable à la vie quotidienne et à l’activité rurale, les fontaines étant encore utilisées aujourd’hui pour abreuver le bétail.

 

23 millions d’euros de travaux de restauration en 20 ans

À l’heure actuelle, plus de 46 biens patrimoniaux bénéficient d’une campagne de souscription sous l’égide de la Délégation Départementale Aveyron de la Fondation du Patrimoine. D’autres projets sont en cours d’émergence et feront aussi appel à votre générosité avant la fin de l’année.
Les dons collectés représentent environ 15 % du financement des projets ; ils sont surtout et souvent nécessaires pour « boucler » le budget. En 20 ans d’activité en Aveyron, plus de 23 millions d’Euros de travaux ont été soutenus par la Fondation du Patrimoine, ce qui équivaut à plus de 700 emplois créés ou maintenus dans le secteur d’activité du bâtiment ancien.
Pour l’anecdote, la Fondation du Patrimoine a été inaugurée nationalement en Aveyron, le 18 décembre 1997 à Saint-André-de-Vézines.
La Fondation du Patrimoine est un organisme privé, reconnu d’utilité publique par un décret du 18 avril 1997. Ce statut permet de délivrer des Reçus Fiscaux pour les dons perçus. Ces reçus ouvrent droit à des réductions d’impôt. Une raison de plus pour chaque donateur d’apporter un soutien à un projet de conservation et de remise en valeur du patrimoine.
Infos : fondation-patrimoine.org

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir